La 5ème édition de la Grande rentrée littéraire de Kinshasa ouverte samedi en hommage à la créative congolaise

0
194

Kinshasa 31 octobre 2021(ACP).– Le bourgmestre adjoint de la commune de Kalamu, Joseph Kabamba, a  procédé samedi, à la  place des Artistes, à l’ouverture des activités  de la 5ème édition de la Grande rentrée littéraire de Kinshasa, consacrée à la promotion des œuvres littéraires congolaises et des acteurs impliqués dans la  chaine de production de livre.

Il a, d’entrée de jeu, réitéré les remerciements de son administration à l’endroit du Centre Wallonie Bruxelles pour le choix porté pour la 5ème fois sur la place des Artistes, comme lieu ouvert aux Kinois, afin d’accélébrer  la créativité littéraire, en compagnie des écrivains, des éditeurs, des boukinistes, des écoliers, des poètes, etc.

Présent à cette cérémonie, la ministre belge Caroline Désir, la déléguée général du CWB, Katheryn Brahy ainsi que le bourgmestre adjoint de Kalamu, ont été conviés à décerner, à l’occasion de cette rentrée littéraire, le « Prix Zamenga » à   dix (10) lauréats et des brevets d’encouragement à 5 élèves ayant participé au concours littéraire.

De 10 lauréats primés, il y a le premier « Prix Zamenga » qui a été remis au jeune écrivain Yannick Kaumbo, pour son œuvre « Sous haute sécurité à Buluwo », suivi respectivement de ses collègues Jonathan Elenga,  Marc Bamenga, Sifa Akilimali, Joseph Yamba Yamba, ainsi que Raïs Nsilabau.

D’après le responsable de la bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles, Richard Ali A. Muntu, abordé par l’ACP,  le jury a eu à se prononcer sur  les textes de 170 candidats au total,  dénotant d’après lui, l’émergence de plus en plus  d’une génération des jeunes attirés par la profession écrivaine.

Baptêmes des livres de Belbiche Nsona  et Jessica Ntumba

Par ailleurs, au cours de la journée de vendredi, l’écrivaine Elisabeth Mweya Tol’ande, a porté sur les fonts baptismaux, les ouvrages « Immortel » de l’écrivaine Belbiche Nsona, 77 pages et « l’absence d’une mère »  de  Jessica Ntumba, contenant respectivement 77 et 89 pages.

Mme Elisabeth Mweya a encouragé les jeunes écrivaines pour leur bravoure et leurs styles littéraires respectifs avant de souhaiter un bon parcours aux ouvrages baptisés.

Au cours de cette même journée, sous la direction du responsable de la bibliothèque du CWB, Richard Ali A. Muntu,  le public a assisté à la cérémonie de présentation du livre  « L’école buissonnière » de l’écrivaine Émilie Mayabu qui est une interpellation à l’endroit des écoliers sur cette pratique, partant de l’histoire  vécue par son neveu  Kongolo. Ce dernier   le pratiquait pour aller gambader avec ses amis, s’adonnant à cœur joie, jusqu’au jour où tout avait basculé. Elle a appelé les élèves à beaucoup plus de conscience dans leur parcours scolaire afin de devenir des personnes utiles à la société. ACP/CL/KJI/MNI/KTM