La 5ème Grande rentrée littéraire de Kinshasa clôturée sous le signe de vulgarisation de la culture congolaise par l’écrit

0
201

Kinshasa,1er nov. 2021(ACP).- La 5ème édition de la Grande rentrée Littéraire de Kinshasa organisée du 29 au 31 octobre à la place des Artistes, dans la commune  de Kalamu, par le Centre Wallonie Bruxelles (CWB),  s’est clôturée dimanche, en gardant les chefs des participants,  les souvenirs d’un lieu de vulgarisation de la culture congolaise  à travers l’écrit.

Cette rencontre a  réuni  plusieurs écrivains, éditeurs, boukinistes, bédéistes, poètes,  des  étudiants, des écoliers et autres, autour des  diverses  activités littéraires telles que  des séances de  présentation et  de baptême des livres, d’ exposition et vente d’ouvrages,  des moments de déclamation de poèmes et de  slam, des instants d’interaction avec les élèves dénommés « face à face élèves », ainsi qu’une table ronde dédiée aux femmes  des lettres.

En ce qui concerne cette dernière  journée, les participants ont assisté à la  présentation des bandes dessinées, « Sambolé » de Jean-Paul Bindo et « Kuluna girls » de Jérémie Singi, illustrant l’actualité quotidienne des Congolais.

Il y a eu également la présentation du dictionnaire congolais « Fran clingala » du Pr. Munkulu Di Deni, enseignant de Français dans plusieurs universités à Kinshasa et le livre « Ahata Suivi De Ngamalo »de Élisabeth MwelaTol’Ande, publié  aux éditions Nzoi,2021 à Kinshasa.

En outre, cette 5ème édition  a bénéficié de la tenue d’une table ronde sur le thème : « La vie au Congo Kinshasa, vue et racontée par les femmes des lettres » et ayant été animée par 4 écrivaines, à savoir : Elisabeth MweyaTol’ande, BelbicheNsona, Jessica Ntumba ainsi que CelenaNgoy.

Ces dernières, ont émis leurs points de vue par rapport aux différentes réalités de la vie à Kinshasa, en encourageant leurs semblables à persévérer dans les initiatives de nature à faire avancer le pays et à condamner et dénoncer les antivaleurs ainsi que les maux qui rongent la société kinoise.

« Les gens qui ne lisent pas sont morts » selon    Elisabeth MweyaTol’ande

Elisabeth MweyaTol’ande a loué  l’initiative de fêter le livre au cœur de Kinshasa, car a-t-elle déclaré, cette célébration permet de dissuader ceux qui disent que les congolais ne lisent pas, cette activité permet par ailleurs de démystifier cette conception.

« Les gens qui ne lisent pas sont morts », a-t-elle souligné, ajoutant que la lecture forme l’homme,le parachève, et lui donne l’ambition de pouvoir s’atteler d’être humain, connaissant et accomplissant sa mission sur terre.

Écrivaine de la vielle génération, avec un très long parcours littéraire, Elisabeth Mweya Tol’ande  a appelé la génération présente  à écrire  sur leurs quotidiens, ressentis, ainsi que de leurs vécus car celle-ci doit rester attaché à l’homme a-t-elle soutenu avant d’appeler les étudiants à beaucoup lire et à exploiter de manière utile l’outil numérique.

Le commencement  d’une nouvelle écriture, selon l’ AJEC

De son côté, la présidente de l’Association des jeunes écrivains du Congo, Celena Ngoya a salué la tenue de cette  édition,  de la Grande rencontre littéraire, soutenant que le commencement d’une nouvelle écriture, le moment où tout écrivain devrait faire un bilan sur ce qu’a été ses œuvres, sa production littéraire tout au long de l’année.

« Je  souhaite que la 5ème édition de la grande rentrée littéraire soit une occasion de donner une seconde chance aux écrits de différents écrivains à se dévoiler davantage et à toute personne passionnée à l’écriture à se faire découvrir  pour faire en sorte que le lendemain soit plus meilleur » a souligné Celena Ngoy. ACP/Kayu/RN/OB/ NKV/OB/SGB/