L’ONU profondément préoccupée par l’escalade de la violence en Ethiopie

0
169

Kinshasa, 03 novembre 2021 (ACP).– Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, est profondément préoccupé par la récente escalade de la violence en Ethiopie et la déclaration de l’état d’urgence dans le pays, ont rapporté mercredi, les médias internationaux.

Selon un communiqué publié mardi après-midi par son porte-parole, « la stabilité de l’Ethiopie et de l’ensemble de la région est en jeu ».

Le secrétaire général de l’ONU a réitéré son appel à la cessation immédiate des hostilités, à un accès humanitaire sans entrave pour fournir une assistance urgente et vitale dans les régions agitées du nord.

Guterres a également demandé « un dialogue national inclusif pour résoudre cette crise et jeter les bases de la paix et de la stabilité à travers le pays».

Selon la dernière mise à jour du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) publiée lundi, la situation globale dans le nord de l’Ethiopie « reste imprévisible, volatile et très tendue ».

En raison du manque de carburant pour les opérations humanitaires au Tigré depuis début août, la plupart des partenaires humanitaires ont réduit ou interrompu leurs activités.

Depuis le 18 octobre, aucun convoi de ravitaillement n’est entré dans le Tigré.

A mesure que le conflit s’étend, la situation humanitaire dans le Tigré, l’Afar et l’Amhara devrait continuer de se détériorer.

L’Ethiopie annonce un état d’urgence national pour une durée de six mois

 Par ailleurs, le gouvernement éthiopien a décrété mardi un état d’urgence dans tout le pays dans le contexte de la propagation du conflit dans le nord du pays.

Cette décision a été prise par le Conseil des ministres éthiopien, et doit être approuvée par la Chambre des Représentants éthiopienne (HoPR) dans les deux prochains jours.

L’état d’urgence restera en vigueur pour une durée de six mois.

Cette décision intervient dans un contexte de la dégradation de la situation dans les régions du nord du pays car le conflit éclaté il y a un an dans la région du Tigré, opposant le gouvernement fédéral éthiopien aux forces affiliées au Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) s’est étendu aux régions voisines d’Amhara et d’Afar, et se rapproche peu à peu des régions centrales du pays ces dernières semaines.

Depuis l’aube du 4 novembre 2020, le gouvernement éthiopien a entrepris des opérations militaires contre le TPLF.

Toutefois, le gouvernement a annoncé en juin dernier un cessez-le-feu unilatéral dans l’Etat du Tigré. Les forces affiliées au TPLF ont rapidement pris le contrôle d’une grande partie de la région, dont sa capitale. Depuis, le conflit s’est étendu aux régions d’Amhara et d’Afar, voisines du Tigré.

La HoPR, chambre basse du Parlement éthiopien, avait auparavant désigné le TPLF comme une organisation terroriste.

ACP/ODM/KJI/KMT