La RDC exige des moyens d’investissement durable pour la protection de ses ressources forestières

0
181

Kinshasa, 05 novembre 2021 (ACP).– La vice-Première ministre, ministre de l’Environnement et Développement durable, Eve Bazaiba a exigé jeudi des moyens d’investissement durable pour la protection des ressources forestières de la RDC, lors d’un panel organisé à Glasgow en Ecosse, en marge de la COP 26, par le  Programme des Nations Unies pour la Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (UN-REDD).

Ce panel a réuni les ministres de l’Environnement de Costa Rica, de la RDC, du Pakistan, du Luxembourg et le secrétaire exécutif du Programme des Nations unies pour l’environnement (UNEP). Cette réunion a porté sur le thème « Investir dans les forêts pour faire face à la crise climatique ».

Pour la patronne de l’environnement en RDC, les forêts, particulièrement celles de son pays, rendent des services énormes pour la protection de l’humanité en termes de ses capacités d’absorption de gaz à effet de serre. Il est question maintenant que les pays pollueurs s’engagent dans des financements durables en faveur des forêts.

Eve Bazaiba a précisé que la RDC attend d’autres mécanismes de financement notamment dans le secteur de l’électricité à travers le projet Grand Inga. Cela permettrait de réduire sensiblement la pression sur les forêts.

Une grande avancée a été enregistrée à la COP 26 à Glasgow en Ecosse. Il s’agit des 23 pays qui ont pris le net engagement de réduire progressivement l’électricité au charbon. C’est ce qui ressort de la déclaration mondiale sur la transition du charbon vers une énergie propre intervenue dans la journée du jeudi 04 novembre 2021 à Glasgow.

Parmi ces pays figurent notamment l’Indonésie, le Vietnam, la Pologne, la Corée du Sud, l’Égypte, l’Espagne, le Népal, Singapour, le Chili et l’Ukraine. Ces pays et tant d’autres s’engagent à développer l’énergie propre et à assurer une transition juste hors du charbon.

Les institutions financières publiques s’engagent à mettre fin au soutien public international au secteur de l’énergie fossile d’ici 2022, rappelle-t-on.

La transition écologique vers une énergie propre et l’élimination du charbon ont été les deux points au cœur de la Présidence britannique de la COP 26 dans le cadre des efforts pour la réduction de la température mondiale à 1,5ºC, conformément à l’accord de Paris.

On note également qu’il y a eu le même jeudi 04 novembre 2021 le lancement des Alliances pour l’hydrogène vert en Afrique et en Amérique latine avec 6 pays africains et 5 pays d’Amérique latine. Ce programme va contribuer au développement de millions de tonnes métriques de production d’hydrogène vert à faible émission de carbone de manière fiable, destiné à être utilisé dans les industries nationales et internationales du monde. ACP/Kayu/RN/OB/CFM/NiG/SGB/TKM