Le HCR sensibilise les journalistes à la protection des réfugiés

0
116

Kinshasa, 12 Nov. 2021 (ACP).- L’assistant au staff de protection du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Antony Mboma a sensibilisé, jeudi, les journalistes à la protection des réfugiés, en vue de renforcer leurs capacités en la matière, au cours d’un déjeuner de presse au siège du HCR dans la commune de Kintambo.

Cette sensibilisation axée sur la protection des réfugiés a permis aux professionnels des médias de connaître les personnes ayant besoin de cette protection, notamment les réfugiés, les personnes déplacées internes, les apatrides, les demandeurs d’asile et les rapatriés, a-t-on noté.

Un réfugié, a dit Antony Mboma,  est une personne qui est en dehors de son pays et ne se réclame pas de la protection de son pays d’origine.

«Les personnes déplacées internes restent dans les limites de la frontière de leurs pays, et les demandeurs d’asile sont des personnes qui ont quitté leurs pays et se retrouvent dans une situation où ils doivent suivre une procédure administrative, à travers la Commission nationale pour les réfugiés (CNR)», a-t- il fait savoir.

Il a, en outre, parlé des apatrides, comme des personnes dont aucun pays ne reconnaît la nationalité, et du rapatrié, comme quelqu’un, jadis réfugié, qui décide de rentrer dans son pays natal.

Antony Mboma a, enfin, défini la protection comme étant un éventail d’activités concrètes visant à faire en sorte que ces catégories de personnes précitées aient accès, en toute égalité, et qu’ils jouissent de leur liberté conformément aux droits de l’homme.

Des solutions durables pour la protection des réfugiés

Par ailleurs, l’assistant au staff de protection du HCR a relevé quelques solutions durables pour la protection des réfugiés, notamment le rapatriement volontaire, l’intégration locale et la réintégration, ainsi que la réinstallation dans un pays tiers.

Il a aussi, relevé les principes de non-refoulement qui commence par trois étapes, à savoir : l’admission dans un pays d’asile sûr, l’octroi de l’asile et la garantie de ne pas être renvoyé de force, dans un pays où sa sécurité, sa vie est menacée.

Antony Mboma a rappelé la mission première du HCR, celle de chercher à garantir les droits et le bien-être des réfugiés en s’efforçant de s’assurer que chacun puisse bénéficier du droit d’asile dans un autre pays. ACP/Kayu/RN/CFM/NiG/SGB/TKM