Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi en visite de compassion auprès des victimes de l’incendie du marché de la Liberté

0
138

Kinshasa, 16 nov. 2021 (ACP).-  Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a effectué, mardi, une visite de compassion  auprès des commerçants du marché de la Liberté, victimes d’un incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 14 au 15 novembre au pavillon 1 de cette zone de négoce situé dans la commune de Masina, dans la partie Est de la ville de Kinshasa.

Accompagné du ministre d’Etat, ministre du Budget, Aimé Boji Sangara et du ministre des Finances, Nicolas Kazadi, le Chef de l’Etat a été très attentif aux doléances exprimées par les vendeurs ayant perdu leurs biens. « Tout est arrivé dans la nuit du 14 au 15 novembre 2021, vers 2h du matin, lorsqu’un feu d’origine inconnue, s’est déclenché dans cette partie du marché, causant des dégâts matériels importants, soit 60% des étalages partis en fumée, malgré le secours des sapeurs-pompiers », rapporte l’administrateur de ce marché, Guyfoly Kabeya Pindi.

Selon ce dernier, le procureur général au Parquet de grande instance de Kinshasa/N’Djili a été saisi de la situation et a promis de diligenter une enquête pouvant élucider les circonstances dudit drame.

Dans un bref délai, indique-t-on,  les travaux de réhabilitation seront entrepris et des modifications sensibles vont être de mise pour éviter que des incidents de ce genre puissent se répéter. En plus la sécurité va être renforcée en vue de traquer les pyromanes potentiels.

Signalons que l’on a noté, également, la présence du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, du commandant de la Police de la capitale, Sylvano Kasongo, du bourgmestre de la Commune de Masina et des ministres provinciaux de Kinshasa. Le Marché de la Liberté « M’Zee Laurent Désiré Kabila », rappelle-t-on,  est l’un des plus grands marchés de Kinshasa. Il fut construit sous la présidence de Laurent-Désiré Kabila pour récompenser les habitants du district de Tshangu pour avoir résisté à l’agression des rebelles en août 1998. ACP/