UNIKIN : Marie-Madeleine Phoba proclamée docteur en sciences de l’information et de la communication

0
235

Kinshasa, 19 nov.2021(ACP)-Le chef de travaux Marie Madeleine Phoba Umba a été proclamée, vendredi,  docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Kinshasa (UNIKIN), avec la mention « la plus grande distinction », à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée « Communication publique inter-compréhensive du genre en République démocratique du Congo : co-construction et déconstruction des rapports sociaux des sexes ».

Cette étude qui se particularise dans le domaine socioculturel et public, a-t-elle dit, appréhende la question du genre, dans une perspective rationnelle en analysant « le pôle récepteur  grâce auquel le pôle contenu peut être constitué pour une meilleure appropriation et utilisation par le pôle émetteur ».

Cette recherche doctorale, a soutenu l’impétrante, s’articule autour du contenu socioculturel des représentations sociales des rapports sociaux des sexes des forces vives évoluant dans un environnement public et privé, dans un contexte d’identification d’éléments de résistance à la question du genre, tels que co-construits par les différents groupes en vue de les  transformer en atouts pour une communication du genre appropriée au contexte congolais.

Depuis le 8 mars 1995, a rappelé l’impétrante, l’autorité politique congolaise a orienté sa communication vers la promotion de la femme (sexe minorisé), l’équité et l’égalité dans les rapports des sexes.

Malgré cela, a-t-elle soutenu, la situation sociale, politique, économique et culturelle de la femme et du genre, à travers la communication sur le genre, ne participe pas à la matérialité de l’égalité du genre et ne favorise pas l’appropriation d’une grande partie de la population.

Proposition de la modélisation de la communication publique inter-compréhensive

Cette thèse a suggéré une modélisation de la communication publique inter-compréhensive sur le genre en RDC.

Cette communication publique doit avoir une cible collective  orientée vers la femme pour laquelle l’homme est partenaire traditionnel et social. Ce dernier doit être le premier acteur à sensibiliser sur plusieurs plans.

Le message qui doit être proactif dans cette communication, a dit Marie-Madeleine Phoba, devra mettre l’accent sur la capacité de la femme à agir en toute compétence comme l’homme,  tandis que le canal, c’est la communication sociale comme moyen et objectif, est à même à faire comprendre des groupes homogènes et hétérogènes sur la nécessité de l’approche égalitaire des sexes.

Le Pr Fulgence Mungenga Kawanda a été le promoteur de cette thèse tandis que les professeurs Espérance Bayedila, Lino Pungi, Ngoma Binda , Elongo Lukulungana et Jean Liyongo, ont  été les membres du jury examinateur de ladite thèse.

Le secrétaire général administratif de l’UNIKIN, le Pr Bruno Lapika, représentant du recteur, a présidé cette séance académique.

ACP/GGK