Colloque international sur la coopération universitaire au développement à l’épreuve de l’après COVID-19

0
296

Kinshasa, 22 novembre 2021 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Muhindo Nzangi Butondo, a ouvert lundi, à l’hôtel Béatrice à Kinshasa, le colloque internationale sous le thème : « la coopération universitaire au développement à l’épreuve de l’après COVID-19 ».

Le ministre de l’ESU a salué  ce colloque international  organisé du 22 au 25 novembre 2022 par l’Université de Kinshasa (UNIKIN) en collaboration avec l’Académie de recherche et d’enseignement supérieur (ARES/Belgique), dont l’objectif principal, est de repenser le développement en tenant compte des dynamiques sociales, de l’inventivité et des créativités développées par les acteurs du Sud dans un contexte de coopération universitaire pour le développement  à l’épreuve de l’après COVID-19.

Le ministre Muhindo Nzangi a rappelé aux participants venus des universités des provinces de la RDC, des pays d’Afrique et d’Europe, l’option prise par le Chef de l’Etat et le gouvernement congolais, en organisant  les états généraux de l’ESU du 06 au 14 septembre 2021 à Lubumbashi en vue de réformer en profondeur ce secteur.

«Nous nous sommes engagés à la voie des réformes pour ouvrir nos universités au monde », a–t-il indiqué, soulignant la demande de numérisation qu’il a adressée à tous les établissements de l’ESU du pays, qui est un pas nécessaire vers ces standards internationaux.

Cette numérisation des universités congolaises, a-t-il précisé, devra renforcer la coopération interuniversitaire à l’intérieur du pays et à l’extérieur du pays ainsi qu’avec les entreprises pour assurer la noble mission confiée à l’ESU, à savoir : la recherche, la formation de l’élite intellectuelle et les services de qualité à rendre à la société.

Le ministre a remercié l’ARES/Belgique pour son apport et  son engagement à accompagner les universités congolaises à assurer la relève académique. Il a souligné la nécessité à ouvrir davantage ce champ pour préparer la relève académique, le renouvellement de la qualité de l’enseignement, appelant à cette occasion, les participants aux fructueux échanges sur cette thématique de COVID-19.

Ces assises ont été également, saluées par le recteur de l’UNIKIN, le Pr Jean-Marie Kayembe Ntumba et son collègue de l’Université de Lubumbashi (UNILU), le Pr Gilbert Kishiba Fitula qui a été élu représentant du Bureau Afrique centrale et Grands lacs au Conseil d’administration de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) ainsi que par le représentant de l’ARES/Belgique, le Pr Jan Bogaert de l’Université de Liège et   la déléguée générale de la fédération Wallonie-Bruxelles, Kathryn Brahy.

Les professeurs Pascal Pakagama de l’UNIKIN et Serge Jaumain de l’Université libre de Bruxelles ont présenté les objectifs et le contexte d’organisation de ce colloque international pour débattre une trentaine des thématiques.

Ces thématiques sont regroupées en panels de « Développement autonome : inventivité et créativité à l’épreuve de COVID-19 », de « Promotion d’une société des savoirs tournée vers les marchés », de « Repenser la coopération au développement à l’épreuve de l’après COVID-19 ainsi que des grands témoignages des universités sur la coopération universitaire.

Les professeurs Pascal Pakagama et Serge Jaumain ont souligné dans les objectifs que la pandémie à coronavirus a perturbé tous les habitus auxquels étaient attachées les différentes sociétés, invitant la population à adopter de nouveaux modes de penser, de se comporter, d’agir, d’échanger et de communiquer, bien au-delà des avancées vertigineuses de l’information et de la communication pour des partages à distance.

ACP/Kayu/RNL/NKV/JFM/SBG/MMN