Tenue à Kinshasa du 24 au 25 novembre 2021 de « DRC-Africa Business Forum »

0
249

Kinshasa, 22 novembre 2021 (ACP).- Le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya Katembwe et son collègue de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya, ont confirmé, lundi, au cours d’un briefing de presse, la tenue à Kinshasa, du 24 au 25 novembre 2021, des travaux de « DRC-Africa Business Forum », sous le thème : « Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, d’un marché des véhicules électriques et des énergies propres » .

Ces assises qui sont organisées par le ministère de l’Industrie en collaboration avec la Commission économique de Nations Unies pour l’Afrique (CEA), est une grande initiative du gouvernement qui vise  à placer la RDC au centre du développement d’une chaîne de valeur régionale permettant à l’Afrique d’accroître sa part du marché des batteries, des véhicules électriques et des énergies propres dont la dynamique atteindra environ 8 mille milliards USD d’ici 2025 , a dit le ministre de l’Industrie.

Le ministre Julien Paluku a beaucoup insisté sur l’apport de cette conférence dans l’économie du pays. « Pour lutter contre le changement climatique, le monde aujourd’hui, a une forte demande en batterie. Les voitures  électriques contribuent donc à la lutte contre la pollution avec réductions de gaz à effet de serre », a-t-il expliqué.

La RDC, une fois de plus, se trouve au cœur de cette transition énergétique car, toutes les matières premières qui entrent dans la composition de ces voitures électriques se trouvent ici en RDC. Il s’agit entre autres du cobalt, lithium, manganèse et nickel.

En effet, le pays détient 2/3 de la réserve mondiale du cobalt estimée à près de 25 millions de tonnes de cobalt en RDC. La demande de ce minerais à travers le monde est située d’ici 2025 à près de 145 millions de voitures électriques et à l’horizon 2030 à près de 250 millions de véhicules. Or, cette demande va également passer de 130 mille tonnes à 250 mille tonnes.

Donc, pour le ministre de l’Industrie, si la RDC fournit à elle seule, toute la production mondiale, il nous faudra donc 100 ans pour épuiser nos réserves. En ce qui concerne le Lithium, l’Australie était le premier fournisseur avec une grande réserve mondiale. Mais désormais, c’est en RDC qu’on retrouve la plus grande réserve mondiale située à Manono dans la province du Tanganyika avec près de 400 millions de tonnes.

Ce forum se veut une sorte de publicité du continent africain comme le bassin de la production de voitures électriques dans le monde.

Ces assises de deux jours, offrent une occasion également pour mettre autour d’une même table ceux qui sont dans le secteur de la production de batteries électriques, les financiers (la BAD, Afrexim Bank, la Banque arabe de développement économique de l’Afrique et d’autres structures financières qui vont aider et accompagner la RDC dans la mise en place de cette chaîne de valeur dénommée chaîne de valeur régionale autour de l’industrie de marchés de batteries.

Cette chaîne est dite régionale car, elle ne concerne pas que la RDC, mais tous les autres pays africains qui sont producteurs des minerais pour que la RDC soit le centre de cette nouvelle industrie de batteries électriques.

Ce forum est une opportunité également de dire non, à l’exportation de nos minerais bruts et dire oui, à la transformation ici localement.

Une étude réalisée par Bloomberg a démontré que lorsque nous exportons nos minerais à l’état brut, nous ne profitons qu’à l’occurrence de 0,1 à 3% de ce que nous devrions avoir comme rémunération. Par contre si nous commençons à transformer ces minerais sur place, nous aurions commencé à vendre des batteries et nous serons dans ce grand marché mondial. Ce marché de 8 mille milliards USD d’après ladite étude et dont les résultats seront dévoilés au cours de cette conférence de haut niveau.

La cible principale de ce Forum, a révélé le ministre Julien Paluku, est la population congolaise qui représente une main d’œuvres active et qui est appelée à accompagner le gouvernement dans cette grande initiative à portée mondiale.

Qu’attendre des assises de Kinshasa

Il y a lieu de noter qu’à l’issue de ce forum, le gouvernement congolais compte bénéficier des signatures de contrats entre les intervenants, les acheteurs et les sociétés financières afin que l’on sache le chronogramme de qui va accompagner l’après Forum, a dit le ministre Paluku.

Il est même attendu qu’il y ait une usine pilote qui soit installée à Lubumbashi. Elle va commencer à capter les premières productions du cobalt et de lithium. Dans le même ordre d’idée, il est aussi attendu que AVZ International va signer une convention de partenariat avec le gouvernement pour commencer à exploiter le Lithium à Manono. Le dossier étant déjà présenté au gouvernement, il ne reste plus que la signature.

Ce partenariat prévoit non seulement l’exploitation du lithium, mais aussi la transformation avec la zone économique de Manono, la réhabilitation de la centrale de Pianamwanga et de la route qui va de Manono à Kalemie et même l’aménagement du chemin de fer pour faciliter l’évacuation des minerais.Il est attendu des grands contrats avec Afrexim Bank qui pilote des grandes transactions financières, a-t-il souligné.

Situation sécuritaire dans la province de l’Ituri

Auparavant, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya Katembwe, avait fait une importante mise au point en rapport avec la situation sécuritaire à Drodro dans la province de l’Ituri.

Il a démenti catégoriquement les informations faisant état de 107 morts dans le camp des déplacés, des écoles et des églises incendiées à Drodro. Selon les informations fournies par le gouverneur militaire, le lieutenant général Luboya, 12 personnes ont été tuées, dont 11 corps retrouvés, 1 calciné et 6 assaillants neutralisés, a-t-il indiqué.

ACP/