Procès des éléments de CODECO/Ituri : identification du bourreau par ses victimes

0
93

Bunia, 24  novembre 2021 (ACP).- Deux victimes des atrocités de CODECO dans l’affaire opposant le ministère au prévenu Richard Lokana Ndjango, chef du village Liyo situé dans le territoire de Djugu en Ituri, poursuivi notamment pour crime contre l’humanité, ont identifié, mercredi, leur bourreau ,lors de leurs dépositions devant le tribunal militaire de garnison de l’Ituri siégeant en chambre foraine dans l’enceinte de la prison centrale de Bunia en Ituri.

La première victime codée « MH01 » a expliqué, devant le tribunal, qu’un blessé aurait affirmé avoir vu le chef du groupement Richard Lokana Ndjango conduire personnellement les opérations avec les assaillants de CODECO le 9 juin 2019. «MH01» a fait état  de l’assassinat de 232 personnes, de l’incendie des écoles, église et maisons et de plusieurs  biens emportés par des assaillants lors  de l’attaque de Logo et Tse

La deuxième victime codée «MH02» qui s’est basée sur le témoignage  de plusieurs personnes, a reconnu le prévenu Richard Lokana Ndjango l’accusant  d’avoir dirigé les attaques dans les villages des victimes des atrocités.

Selon «MH02», quatre-vingt-huit corps sans vie ont été découverts  lors des recherches effectuées par les secouristes après l’incursion de ces assaillants.

Le collectif des avocats des parties civiles a promis au tribunal de ramener d’autres victimes qui vont citer nommément le chef du groupement Liyo comme l’homme orchestre de ces attaques.

Auparavant, le tribunal a auditionné deux présumés miliciens de CODECO accusés d’avoir froidement abattu une femme à l’aide d’une arme à feu au village Lirikpa, le  04 janvier 2020 pour la modique somme de 180.000 francs congolais.

Ces deux présumés assaillants de CODECO sont également soupçonnés d’être les acteurs des attaques contre la population des  villages Datule, Rule et Largu.

Par ailleurs, le tribunal militaire a effectué une descente sur le lieu du crime dans la cause qui oppose le ministère public à  un élément de la police poursuivi pour meurtre de son collègue. Toutes ces causes ont été renvoyées à la prochaine audience. ACP/