Près de 8.6 millions USD pour le projet de Prévention et réponse holistique aux violences basées sur le genre en RDC

0
138

Kinshasa, 26 Novembre 2021 (ACP).-  Le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et « Korea international cooperation agency » (KIOCA) ont signé un accord de financement évalué à 8.6 millions (huit millions six cents mille) USD pour le projet « Prévention et réponse holistique aux violences basées sur le genre pour la consolidation de la paix dans les régions affectées par le conflit en RDC (2021-2026) », indique un communiqué de presse parvenu vendredi à l’ACP.

Selon la source, les Violences basées sur le genre (VBG) représentent un obstacle important à la pleine participation des femmes à la vie sociale et économique en RDC.

« La crise humanitaire que connaît la RDC depuis plus de deux décennies a laissé 19,6 millions de personnes dans le besoin d’une assistance humanitaire. En 2021, environ 7 millions de personnes sont à risque de subir des violences basées sur le genre », lit-on dans ce communiqué.

C’est dans ce cadre que le projet « Prévention et réponse holistique aux violences basées sur le genre pour la consolidation de la paix dans les régions affectées par le conflit en RDC » a été développé en 2018 par le PNUD, conjointement avec l’agence UNFPA en consultation avec la ministre du Genre, Famille et Enfant, les acteurs des VBG aux niveaux local et national, les groupes de coordination des VBG, y compris les organisations de femmes et la société civile.

Approuvé pour un financement de 8,6 millions USD, ce projet  sera mis en œuvre pour une durée de 5ans à partir de novembre 2021. Le PNUD et l’UNFPA contribueront pour leur part à hauteur de 925000 USD et vise à réduire les inégalités de genre et répondre aux violences basées sur le genre dans les familles et les communautés en RDC. Il va ainsi contribuer à l’égalité des sexes (ODD 5) et à la paix, à la justice, et à l’efficacité des institutions (ODD 16).

Il cible les provinces de Kinshasa, du Sud-Kivu et du Kasaï-Central qui comptent environ 152,240 habitants. Les communautés autour des zones d’intervention, notamment les chefs traditionnels et religieux ainsi que les différents acteurs jouant des rôles clés pour la prévention et la réponse aux VBG, participeront et bénéficieront d’un meilleur soutien aux VBG ainsi que de différentes activités de renforcement des capacités prévues.

Résultats attendus

Les principaux résultats attendus sont notamment l’accès accru aux services de soutien pour les survivant(e)s des VBG, la disponibilité accrue d’une réponse holistique pour les survivant(e)s de VBG, y compris dans les zones touchées par le conflit,  les institutions et structures chargées de la lutte contre les VBG aux niveaux national et provincial ont la capacité de coordonner efficacement la réponse holistique aux VBG.

Un système de collecte de données efficace est mis en place pour assurer la production de toutes les informations nécessaires afin d’appuyer le plaidoyer, la programmation et la prestation de services.

Ce projet permettra de consolider les objectifs suivants dans la mise en œuvre d’une Stratégie Nationale de lutte contre les Violences basées sur le Genre (SNVBG). Il s’agit notamment de prévenir les violences basées sur le genre, renforcer l’autonomisation de la femme congolaise, renforcer l’éducation sur les VBG dans le processus de socialisation des enfants et des jeunes, renforcer la sécurité et la protection des populations dans un perspectif genre.

Il vise également à assurer la prise en charge holistique des victimes, favoriser la justice et lutte contre l’impunité des auteurs des VBG, ainsi que de collecter de données, suivi et évaluation pour permettre de mesurer les progrès et leur impact sur les bénéficiaires.

Ce projet est également aligné sur les premiers piliers stratégiques du Plan national de développement stratégique (PNSD) 2019-2023, à savoir : la valorisation du capital humain, développement social et culturel, pour atteindre les objectifs sectoriels de « réduire les inégalités de genre et lutter contre les violences basées sur le genre dans les familles », ainsi que sur les quatre priorités thématiques de l’approche Nexus du HDP intégrées dans le PNSD.

La signature est intervenue entre Dominic Sam, représentant résident du PNUD et le directeur de la KOICA, Sangchul Kim en présence du Dr Eugene Kongnyuy, représentant résident du PNUD, Mme Rockya Ndieng, représentante résidente adjointe du PNUD. Kayu/RNL/OB/CFM/NiG/SGB/MMC/TKM