Accueil E-mail Téléphone ACP TV

Chine-Afrique : Macky Sall soucieux des décisions de la COP26

Kinshasa, 30 novembre 2021(ACP).- Le Président sénégalais Macky Sall s’est fermement opposé lundi à l’arrêt du financement de l’extraction des énergies fossiles, évaluant que cette mesure porterait « un coup fatal » à des économies comme celle de ce pays d’Afrique de l’Ouest, ont rapporté mardi, les médias internationaux.

Le Sénégal, qui espère que les gisements de gaz et de pétrole découverts ces dernières années au large de sa côte atlantique lui permettront de remonter la pente, a pour objectif de pomper les premiers barils d’ici trois ans.

« Au moment où plusieurs pays africains se préparent à exploiter leurs importantes ressources gazières, l’arrêt du financement du secteur gazier sous prétexte que le gaz est un combustible fossile… porterait un coup fatal à nos économies qui cherchent à émerger », a déclaré M. Sall lors d’une réunion du forum Chine-Afrique à l’extérieur de la capitale Dakar.

Un petit groupe de pays, dont les États-Unis et la France, a convenu, lors du sommet sur le climat de la COP26, de mettre fin au financement des combustibles fossiles non exploités à l’étranger – ceux qui ne sont pas associés à une technologie de capture du carbone – d’ici à la fin de 2022.

La déclaration finale de la COP26 stipulait également que les pays allaient « accélérer les efforts en vue de l’élimination progressive de l’électricité produite à partir de charbon non exploité et des subventions inefficaces aux combustibles fossiles ».

Ces mesures « ne tiennent pas compte du fait que le gaz est aussi et surtout une énergie propre », a déclaré M. Sall. « Bloquer le financement du secteur gazier ajouterait une grande injustice économique à l’injustice climatique dont l’Afrique souffre déjà plus que tout autre continent.

Il y a « une volonté claire » de la part de la délégation iranienne de redonner vie au JCPOA (Plan d’action global commun), a ajouté M. Mora, en référence à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Mikhaïl Oulianov, représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, a déclaré sur Twitter que les participants s’étaient mis d’accord sur de nouvelles mesures à effet immédiat au cours de ce septième cycl. Il reste cependant à voir si cet optimisme pourra se traduire par de réels résultats.

Les diplomates de Chine, de Russie, du Royaume-Uni, de France, d’Allemagne et d’Iran se sont réunis lundi à l’hôtel Palais Coburg pour tenter de relancer l’accord de 2015.

ACP/Zng /RNL/Thb/MNI/KMT

Partagez via