ONAPAC : 52.000 hectares des plantations pour la relance du café en RDC

0
192

Kinshasa, 01 décembre 2021 (ACP).- Le Directeur général de l’Office national des produits agricoles du Congo (ONAPAC), Guy Bompate Bo-Lounda, a révélé avoir  initié, un projet de 52.000 hectares des plantations pour la relance du café en République démocratique du Congo (RDC), mercredi au cours d’un entretien avec l’ACP.

Le projet a pour objectif daccroitre la production, améliorer la transformation et la commercialisation des cultures, notamment le café, le cacao et d’autres produits agricoles de commercialisation sur l’ensemble du territoire national pour un coût total de 106.990.830,6 (cent-six millions, neuf cent quatre-vingt-dix mille, huit cent trente, six cents) dollars américains.

Ces plantations sont reparties par province agricole à raison de 2.000 hectares. Le projet est mis en œuvre dans le cadre d’un partenariat public-privé sous l’encadrement de l’ONAPAC.

Cet office se propose de signer des protocoles d’accords pour la production de ces cultures suivant les spécificités agro-écologiques avec les entités territoriales décentralisées à savoir provinces, territoire, secteurs et avec n’importe quel investisseur disposé à travailler en RDC.

La réussite de ce projet dépend du financement qui provient essentiellement de payement par les membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) des frais de prestation sur les produits agricoles d’exportation comme le prescrit la loi créant l’ONAPAC(ex-ONC).

 La signature d’un partenariat public-privé  

 Le Directeur général de l’ONAPC  a indiqué, par ailleurs, avoir  eu des contacts avec le  gouverneur de la province de Maï-Ndombe pour la signature d’un accord de collaboration, en vue de relancer les cultures du café, du cacao et d’autres produits agricoles de commercialisation dans cette partie du pays, lors de son récent séjour à Inongo. Dans ce coin, il a visité plusieurs plantations de café le long du Lac Maï- Ndombe, souligne-t-il.

Le gouverneur, précise le directeur général, a marqué son accord tout en lui signifiant qu’il devra d’abord identifier les étendues avec les administrateurs des territoires avant que l’on procède aux études de faisabilité qui seront suivies de la signature  du protocole d’accord.

Les mêmes contacts ont été pris avec les opérateurs économiques de cette province, qui, selon lui, ont marqué leur consentement dans le cadre du partenariat public-privé.

L’ONAPAC a pour objet de promouvoir la culture et le développement des débouchés intérieurs et extérieurs des produits agricoles d’exportation et leurs dérivés, notamment le café, le thé, le cacao, le pyrèthre, l’hévéa, le quinquina, la papaïne, le noix de cola, le pygneum, le rauwolfia Vomitoria, le vincadigitalis, la vanille, les plantes à épices, le ketchou, la lippiamultifora, les plantes à parfum,  les huiles essentielles, les plantes médicinales, et les gingembres.

Sur le plan de la production industrielle, l’ONAPAC  a pour mission de contrôler la qualité, le traitement, l’usinage et le conditionnement de ces produits.

Sur le plan agronomique, l’ONAPAC  a pour mission de fournir l’aide technique aux planteurs cultivant ces produits en assurant la vulgarisation et l’encadrement. Il soutient les activités de recherches, de développement afin d’améliorer le secteur de production de ses produits. Il assure la logistique et les statistiques des productions.

Sur le plan commercial, l’ONAPAC publie périodiquement les barèmes et mercuriales internationaux après études et décision de la commission ad-hoc. Il contrôle en collaboration avec les autres services étatiques qualifiés, la régularité et la bonne exécution de toutes les exportations de ces produits aux points de sortie agrées par l’Organisation internationale du café et autres les stocks nationaux de ces produits.

ACP/ODM/KMT