Festival Alimenterre : le CNPAF appelle ses partenaires à accompagner le plaidoyer sur l’agriculture familiale

0
129

Kinshasa, 04 décembre 2021 (ACP).-  Le secrétaire technique du Comité national  pour l’agriculture familiale (CNPAF), Sylvain Ntumba, a appelé  les partenaires  du ministère de l’Agriculture, de la société civile, des producteurs agricoles, des ONG, des privés et des universités,  à se joindre  à sa structure  pour la continuité du plaidoyer mené sur l’agriculture familiale.

Il l’a déclaré vendredi, à Kinshasa, lors d’une projection des films sélectionnés dans le cadre de la 5ème édition du Festival Alimenterre, en partenariat avec SOS Faim.

M.Ntumba a rappelé que la RDC est en pleine Décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale nécessitant la mise en place des réformes importantes qui toucheront à la fois les jeunes, femmes et les infrastructures de production.

Et de tout récemment, a-t-il relevé, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a reconnu l’importance de l’agriculture familiale en adhérant à la Décennie des Nations unies pour l’Agriculture. Ce qui, pour lui, nécessite l’élaboration des programmes adaptés et la mobilisation des moyens conséquents.

« La société civile est disposée à contribuer avec des alternatives constructives à ce sujet », a-t-il dit, avant de fustiger la gouvernance agricole en RDC.

Les films « Mukulima »et « Amuka » projetés pour les participants ont démontré l’absence de l’Etat dans l’encadrement des paysans du semis à la vente des produits agricoles, l’absence de bonnes pistes rurales pour évacuer les produits, la multiplicité des services de taxation ainsi que la non mécanisation de l’agriculture familiale pour le premier et l’éveil des paysans congolais face au désordre alimentaire.

Ils ont décidé de se regrouper en coopératives pour développer l’agriculture familiale et éradiquer la pauvreté en milieux ruraux.

Les Nations unies ont proclamé la période 2019-2028, Décennie des Nations unies pour l’agriculture familiale en raison de sa contribution à la sécurité alimentaire mondiale, à l’élimination de la pauvreté, à l’amélioration de la nutrition et à la viabilité environnementale, rappelle-t-on. Cela implique notamment  pour les pays membres, la création des Comités nationaux pour la promotion de l’agriculture familiale, l’élaboration des politiques publiques en sa faveur et la mise en place des Plans nationaux de la Décennie pour l’agriculture familiale. ACP/RNL/Cfm/NNG/NMM