ONAPAC projette ses prévisions budgétaires à 4.306.660, 86 USD pour l’exercice 2022

0
118

 Kinshasa, 06 décembre 2021 (ACP).- Le directeur de l’Office national des produits agricoles du Congo(ONAPAC), Guy Bompate –Bo- Lounda, a indiqué que le budget de son office pour l’exercice 2022 est projetté à 4.306.660,86 USD.

M. Bompate –Bo- Lounda l’a annoncé samedi lors de la clôture de la session budgétaire 2022, au siège administratif de cette institution, sise à la 14 rue Limete/Kingambwa.

Ce budget est constitué des budgets sectoriels générés par la direction générale à Kinshasa, à la hauteur de 2.079.832,27 USD. Ces fonds proviennent des loyers   les revenus directs sur le loyer et de  location des espaces.

Ils proviennent également des entités génératrices des recettes, à savoir : les ressources sur l’exportation des produits agricoles dont la clé de répartition se présente comme suit, Beni : 1.056.067,58 dollars, Goma : 291 .610,92 dollars, Bukavu : 237.487,06 dollars, Bunia : 86.838,00 dollars, Boma : 76.551,84 dollars, Matadi : 63.290,04 dollars, Mahagi : 61 .619,46 dollars et Kisangani : 49.514, 19 dollars.

Les entités non génératrices de recettes vont contribuer aussi à leur manière au budget de  l’ONAPAC, a souligné la source qui a déterminé pour Zongo 52.850,00 dollars, Isiro 45.950,00 dollars, Inongo 30.000,00 dollars, Mobayi-Bongo 29.889,50 dollars, Kikwit 28.000,00 dollars, Bulungu 28.000,00 dollars, Kindu 16.300 ,00 dollars, Lisala 16.000,00 dollars, Boende 16.000,00 dollars, Gemena 15.600,00 dollars, Kalemie 14.000,00 dollars et Mbandaka 11.200,00 dollars.

Les ressources extérieures

Outre les ressources internes, l’ONAPAC dispose également des fonds qui proviendront de la Banque mondiale pour financer le Programme d’appui au secteur agricole du Nord-Kivu(PASSA).

Ces fonds concernent les secteurs de Beni pour une somme de 161.200 dollars et de Goma pour 113.940  dollars américains.

Il  a indiqué que ce budget est pré affecté en termes de dotation et en termes de dépenses pour un impact à moyen terme sur le budget que  l’ONAPAC aura à produire.

La source a relevé que les ressources principales pour le fonctionnement de l’ONAPAC proviennent essentiellement des frais de prestation sur le volume des produits exportés sous son contrôle.  La réalisation de ce volume ne peut être possible que si au niveau du gouvernement les arrêtés interministériels relatifs au tarif et aux différents services intervenant dans le processus d’exportation sont signés par les ministères concernés.

Ces prévisions, a dit le directeur général, sont présentées au conseil d’administration pour adoption et qu’après s’en suivra un tableau pour une navigation sereine tant pour la direction générale que pour les secteurs avec lesquels, la direction de l’ONAPAC va renouveler des contrats de performance pour un rendement efficace et efficient.

A cet effet, l’Office attend la réalisation des promesses du gouvernement qui s’est engagé à prendre l’aspect salarial au niveau du budget annexe.

L’ONAPAC a pour objet de promouvoir la culture et le développement de débouchés intérieurs et extérieurs des produits agricoles d’exportation et leurs dérivés, notamment le café, le thé, le cacao, le pyrèthre, l’hévéa, le quinquina, la papaïne,le noix de cola, le pygneum, le rauwolfia Vomitoria, le vincadigitalis, la vanille, les plantes à épices, le ketchou, la lippiamultifora,les plantes à parfum,  les huiles essentielles, les plantes médicinales, et le gingembre, renseigne-t-on. ACP/Kayu/Rnl/Ob/Sgb/Mmc