L’inscription de la rumba au patrimoine de l’UNESCO est une victoire africaine, selon Me Alfred Dibandi Nzondomyo

0
549

Kinshasa, 15 décembre 2021 (ACP).- L’inscription de la rumba congolaise au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, par l’UNESCO, est une victoire africaine bien plus que congolaise, a déclaré, dans un tweet reçu mercredi à l’ACP, l’opérateur culturel et avocat, Alfred Nzondomyo Dibandi « ADN ».

Alfred Nzondomyo considère cette inscription intervenue mardi 14 décembre comme « le plus grand succès du mandat du Président Félix Antoine Tshisekedi à la tête de l’Union africaine ».

Selon lui, cette victoire est notamment celle de Franco, Madilu, Nico Kasanda, Manu Dibangu, Carlito, Tabu Ley, Papa Wemba, Pascal Sinamweyi, général Lonoh Malangi, Kabasele Tshamala (Kallé Djef), Didier Mumengi, Yoka Lye, Koffi Olomide,  JB Mpiana, Fally Ipupa et Reddy Amisi.

« C’est une première, depuis la consécration conventionnelle, en 2003, de cette notion qui tire ses origines du début des années 90, que la République démocratique du Congo verra son drapeau flotter en l’honneur de sa rumba. Je formule le vœu de voir le gouvernement soumettre de nouveaux projets en faveur de la proclamation et de l’inscription, comme patrimoine immatériel, du Kasala, cette poésie séculaire du Kasaï, de la lutte traditionnelle Ngbaka, de l’art culinaire Teke, Mongo et Anamongo, l’art Kuba, de la danse Sakata ou encore du paysage naturel Ne Kongo », a-t-il renchéri.

Licencié en droit de l’Université de Kinshasa, Alfred Nzondomyo Dibandi est à la fois avocat, enseignant, chercheur, écrivain et opérateur culturel, coordonnateur actuel de l’Atelier pour le leadership, l’excellence et la formation (ALEF), partenaire de l’Institut français de Kinshasa. ACP/ODM/OB/KMT