Des avancées significatives dans la réhabilitation des routes à Bukavu et dans les territoires par les journalistes Zakatindi Kilimo, Byamungu Malekera Patrice, Robert Kingombe, Murhula Barhabwiza, Irenge Mutabazi 

0
481

Bukavu, 13 janvier 2022 (ACP).-  Des avancées significatives ont été enregistrées en 2021 dans la ville de Bukavu et dans les territoires, avec la réhabilitation des infrastructures routières et maritimes.

Cependant, il y a encore beaucoup à faire pour lutter contre l’état de délabrement avancé des tronçons routiers à Bukavu et à l’intérieur de la province du Sud-Kivu.

Dans la ville de Bukavu, les travaux réalisés sous la supervision du gouvernement provincial du Sud-Kivu par le canal de l’Office des routes (O.R), l’Office des voiries et drainage (OVD) ou des entreprises étrangères avec le financement du Fonds national d’entretien routier (FONER) ont facilité la réhabilitation de certains tronçons routiers à travers les artères de la ville de Bukavu.

Il s’est agi, notamment de la réhabilitation du tronçon routier Kazingo-AMSAR dans la commune de Bagira d’un côté et de l’autre dans le territoire de Kabare qui était déjà en état de délabrement très avancé avec des nids de poule, des flaques d’eau ainsi que la disparition totale de la couche goudronnée.

En juillet 2021, le groupes EPOS MAENDES a poursuivi les travaux de la pose de la couche d’enrobé sur la RN29/A sur le tronçon Nguba-Biosadec-Frontière Ruzizi Ier en insistant sur la qualité et la durabilité. Et cela, sous la supervision des experts de l’Office des routes (O.R).

Toujours au mois de juillet, à Bukavu, les travaux de réhabilitation du tronçon routier ISTM-Ciriri, long de six kilomètres sur la RN5, ont été effectués par l’Office des routes, direction du Sud-Kivu.

Ces travaux ont porté sur le reprofilage et la mise à niveau de la route ainsi que sur le rechargement et le compactage de la route pour rendre fluide la circulation.

Les ingénieurs de l’Office des Routes ont également procédé à la réhabilitation du collecteur « Kawa » au niveau de la Place de l’Indépendance pour faciliter la canalisation des eaux.

En 2021, la population de Nyantende dans le territoire de Kabare a salué la réhabilitation de l’axe routier asphalté de Bukavu jusqu’à Nyantende, plus de 10 km sur la route nationale n°5 (RN5) reliant le chef-lieu du Sud-Kivu à la partie Sud de la province. Les travaux ont été exécutés par l’entreprise chinoise SINOHYDRO sous le contrôle de l’Agence Congolaise des grands travaux (ACGT).

Après l’incendie qui s’est produit à l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP/Bukavu), le ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire a procédé à la construction de quelques maisons préfabriquées dans cette institution universitaire.

Cependant, en 2021, certaines artères principales de la ville de Bukavu ont été transformées d’un coté en parkings et de l’autre coté en garage par des chauffeurs et propriétaires des véhicules.

Plusieurs infrastructures routières sont actuellement en état de dégradation très avancé, notamment dans les communes de Bagira et Kadutu.

Au niveau des territoires, quelques avancées significatives ont été visibles en 2021 sur le plan des infrastructures parmi lesquelles les travaux de réhabilitation du pont Shengezimu au point kilométrique 35 de la ville de Bukavu sur la RN5 par l’Office des routes, la reprise du trafic sur le tronçon routier entre la ville d’Uvira et le centre minier de Misisi dans le territoire de Fizi en passant par les escarpements de Luhanga et Pemba.

Au mois de mai 2021, les contingents chinois de la Monusco ont procédé à la réhabilitation urgente de la RN2 reliant la ville de Bukavu au Sud-Kivu à celle de Goma au Nord-Kivu. Et cela, au niveau de Nyabibwe dans le territoire de Kalehe.

Au cours de ce même mois de mai 2021, des communautés locales ont réhabilité 40 km de route par cantonnage manuel dans le territoire de Mwenga d’Igali à Mulombozi (Kitutu).

Les travaux réalisés par les ingénieurs de l’Office des routes ont rendu de nouveau praticable la route national n°2 (NR2) depuis Bwahungu dans le territoire de Walungu jusqu’à Kibumba du territoire de Mwenga en passant par les localités de Tubimbi, Mufa, Kibakuli, Muhimbili/Kasika jusqu’à Kalambi. Ici, l’Office des routes a bénéficié de l’appui technique des entreprises chinoises œuvrant dans le secteur minier dans le territoire de Mwenga au Sud-Kivu. Les bourbiers et les nids de poule ont été supprimés.

En 2021, les forces vives de Shabunda-Isezya dans le territoire de Shabunda ont salué l’évolution du cantonnage manuel sur le tronçon Mayimingi-Kigulube-Shabunda-centre.

La première balise a été installée sur le site rocheux de Nyamoma non loin des ports de Bukavu sur le lac Kivu en juillet 2021, précise-t-on.

En environnement

Les érosions ont ravagé quelques quartiers et leurs environs et laissé la population dans un désespoir sans précédent suite à des pertes de logements. Ces catastrophes sont naturelles et anthropiques.

Dans le souci de réduire ces catastrophes, le gouvernement tant national que provincial, des ONG Internationales, nationales et locales, la population ainsi que des structures citoyennes se sont inscrit dans la lutte contre la destruction de l’environnement.

En février 2021, la population de Buholo 4 dans la commune de Kadutu s’est décidée de contribuer avec 1 USD par ménage pour financer la plantation des arbres antiérosifs dans leur entité.

En avril 2021, la coordination provinciale de l’environnement a lancé une campagne de sensibilisation de la population de la ville de planter un arbre par ménage pour contribuer à l’éradication des catastrophes naturelles.

Cette même lutte a été entérinée par les ONG, tel est le cas du Strong Roots qui a organisé au même mois un atelier de la mise en œuvre de la foresterie communautaire pour une gestion durable des ressources forestières par les communautés locales.

En marge de la célébration de la journée internationale de l’environnement célébrée le 5 juin de chaque année, plus de 30.000 plantules ont été mises en terre dans les écoles du Sud-Kivu avec l’accompagnement du ministre provincial de l’Environnement et du développement durable. Ce même jour, les étudiants de l’Université officielle de Bukavu (UOB) ont mis en terre 200 plantules dans le cadre de la prévention des érosions qui menacent leur institution.

De l’autre côté, tout au long de l’année 2021, la mairie de Bukavu lutte contre l’insalubrité dans sa juridiction. Plusieurs actions d’assainissement, de maintien de la salubrité et de la gestion saine de l’environnement ont été initiées par le gouvernement, des ONG ainsi que des structures citoyennes en vue de protéger l’environnement.

Des activités multiples ont été menées, notamment les sarclages, les cantonnages manuels, l’ouverture des caniveaux et bien d’autres en vue de protéger l’écosystème.

Le choix du site de construction devient quasi-difficile suite à une démographie grandissante dans la ville de Bukavu avec pour conséquence des éboulements et autres catastrophes touchant la vie des citoyens de cette ville. Ainsi, en juin, plusieurs stratégies de réflexion sur l’assainissement, ont été préconisées pour une ville assainie et verte.

Le mois d’octobre 2021 a été marqué par la célébration le 09 de ce mois de la journée provinciale de l’arbre au cours de laquelle plusieurs centaines de plantules ont été mises en terre dans le groupement de Mudaka par des agents de la coordination provinciale de l’environnement et des cadres de base du milieu.

De l’autre côté, ce mois a été marqué par la mort du célèbre gorille de montage Mugaruka dans le Parc national de Kahuzi Biega (PNKB) à l’âge de 35 ans.

Le mois de novembre 2021 s’est clôturé par l’ouverture d’un centre de recherche sur les catastrophes naturelles à l’université catholique de Bukavu (UCB) pour permettre de prévenir et contenir, voire gérer, des éventuelles catastrophes qui pourraient toucher la province du Sud-Kivu.

La ville de Bukavu, érigée sur un relief accidenté, est soumise à de multiples défis environnementaux, entre autres : des érosions, tremblements de terre, éboulements.Des travaux sont en cours pour y pallier mais seulement, dit-on, la prise de conscience de toute la population peut faire que la protection de l’écosystème soit efficace.

Dans le domaine santé   

Le secteur de la santé dans la province du Sud-Kivu a été principalement marqué par les impératifs de gestion de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19.

En plus de cette conjoncture, le secteur a continué de faire face à d’autres défis sanitaires liés à la problématique de la prévalence des maladies à potentiel épidémique dont certaines sont à la fois endémiques dans certaines zones de santé qualifiées de « points chauds » parmi les 34 zones de la pyramide sanitaire en province.

S’agissant du covid-19, la division provinciale de la santé/ Sud-Kivu s’est engagée conformément aux directives du ministère national de la santé à surveiller et à prendre correctement en charge tous les cas réels et suspects et ce, en milieu aussi bien clinique que communautaire.

En restant dans les principes universels de riposte à tout cas de flambée épidémique, la composante « préventions » a été valorisée à travers des mises en garde sanitaires et des alertes avec un focus sur l’observance stricte de gestes barrière. A cela s’est ajouté la troisième composante « la vaccination » pour garantir une impunité individuelle et collective à toute la communauté.

A cet égard, la province a pu réceptionner en 2021, un lot de vaccins constitué de Pflizer, Modena, Johson-Johson, et Cinovax qu’elle a rendu disponible dans des sites de vaccination ouverts dans la ville de Bukavu où les gens ont été encouragés à se présenter volontairement pour recevoir le vaccin.

Dans le cadre de la prise en charge intégrée des maladies de l’enfance, la DPS Sud-Kivu a organisé la vaccination de routine dans les zones de santé. Il en est de même pour d’autres maladies à potentiel endémique dont la prise en charge s’est normalement déroulée au cas par cas dans différentes structures de santé à travers la province.

Il s’est agi, notamment du paludisme, de la fièvre typhoïde, de la diarrhée sanglante, de la lèpre, des infections respiratoires aigües, du choléra et autres. Par rapport au choléra, retenons que la prise en charge a connu une grande innovation en 2021, avec l’introduction de la composante « vaccination dans la riposte ». Cinq zones de santé ont, dans la première phase, été ciblées et la vaccination a aligné, la tranche d’âge de 1 an et plus.

Ces zones de santé sont : Kadutu, Ibanda, Bagira, Kabare et Miti-Murhesa. En termes de la prise en charge du choléra, la division provinciale de la santé Sud-Kivu a bénéficié de l’appui de ses partenaires traditionnels : OMS, UNICEF, MSF, CICR, Croix-Rouge de la RDC et ADRA ; respectivement en intrant divers aux centres de traitement du choléra, chloration de l’eau, formations des relais communautaires et aménagement des latrines.

La branche de la pharmacie avec la problématique de la prolifération des officines pharmaceutiques aux multiples labels notamment « croix rouge » et la pratique d’automédication, a également été mise en exergue dans le secteur en 2021.

Dans la société  

L’année 2021 au Sud-Kivu a connu diverses activités religieuses traitées par la rédaction de l’ACP/Sud-Kivu et dont ce présent papier retrace les plus saillantes.

Au début du mois de février, quatre séminaristes issus de trois paroisses différentes avaient été ordonnés diacres lors d’une messe sacerdotale à  la paroisse Mater Ecclésiae de Kamanyola par l’Evêque d’Uvira, Mgr Sébastien Muyembo.

Le 27 mars, une messe de requiem en mémoire de président tanzanien John Pombe Magufuli est célébrée à la cathédrale Notre Dame de la paix à Bukavu. Dans son homélie, l’archevêque de Bukavu a appelé les autorités congolaises au respect de la bonne gouvernance à l’instar de John Pombe Magufuli.

Le 13 mai 2021 à Bukavu, lors de la célébration par les musulmans de la fête d’Eid-El-Fiti en marge de clôture du mois de Ramadhan au stade de la concorde de Kadutu, le Sheikh Ndofuso Mahamoudi, dans son sermon, avait appelé tous croyants musulmans à cultiver l’amour et de bannir la haine entre eux et envers leurs prochains ainsi qu’à l’unité de tous les musulmans de la RDC. Toutefois, le Sheikh Yassine Kapongo avait plaidé, au nom de tous les musulmans, aux autorités compétentes de rendre fériés les 2 jours importants de fête des musulmans, notamment l’Eid-EL-Fitr et l’Eid-El-Adha marquant la fête de sacrifice ou fête de mouton.

Pour sa part, l’Eglise Kimbanguiste avait célébré le mardi 25 mai la fête de la nativité Jésus-Christ et l’incarnation du 2e fils du prophète Simon Kimbangu, Paul Salomon Dialungana Kyangani Kimbangu, selon eux. Au cours de cette cérémonie festive, tous les Kimbanguistes ont été appelés à mettre Dieu au centre de leurs activités et de marcher selon les recommandations de son envoyé spécial, Simon Kimbangu qui avait reçu la révélation de la part de Dieu de la date du 25 mai comme véritable date de naissance de Jésus-Christ.

Le 30 juin 2021, un culte d’action de grâce a été célébré en la cathédrale Notre Dame de la paix d’Ibanda en marge du 61e anniversaire d’indépendance de la RDC. L’archevêque de Bukavu, François Xavier Maroyi, au cours de cette messe, a lancé un appel pathétique aux congolais à faire preuve de civisme et de patriotisme.

En octobre 2021, l’Université catholique de Bukavu en collaboration avec l’Université Loyala du Congo décerne à titre posthume le titre de « docteur honorus causa » à feu Mgr Christophe Munzihirwa Mwene Ngabo, ancien archevêque de Bukavu, à l’occasion de la commémoration du 25e anniversaire de son assassinat dans la ville de Bukavu.

En sécurité

Il y a eu le 21 mai 2021 la démilitarisation du site minier de Lugushwa à Mwenga à la suite d’un malentendu entre un militaire et un policier qui s’est soldé par la mort d’un militaire tiré à bout portant.

22 mai 2021, remise officielle des routes de desserte agricole aux communautés locales dans la chefferie de Basile à Mwenga pour permettre l’échange des produits agricoles, des zones de production vers les grands centres de consommation permettant ainsi de désenclaver les zones reculées.

Le 26 mai 2021, il y a eu la compassion de la fédération de l’UDPS Sud-Kivu 1 avec le chef de groupement de Kalonge dans le territoire de Kalehe après sa libération des mains des miliciens.

25 octobre 2021, la publication du rapport de la commission Kibala en territoire de Mwenga réclamée suite aux allégations de destruction de l’écosystème mais aussi à la présence des sociétés minières chinoises dans cette zone.

Plaidoyer pour l’efficacité de la rétrocession aux ETD : Le CLD Kabare adresse une note de plaidoyer à l’autorité provinciale en revenant sur la notion de décentralisation prévue par la constitution de la RDC comme mode de gestion imposé au gouvernement provincial et regrette de constater que la chefferie de Kabare n’a jamais reçu la rétrocession de la part de la province alors qu’elle sensibilise les assujettis de son entité à payer la patente et autres taxes au profit de la province.

ACP/Zng/RNL/NKV/SGB/MNI/TKM