Les participants au 3ème forum pour le développement rural en Afrique plaident pour la tenue régulière de ces assises

0
112

Kinshasa, 13 janvier 2022 (ACP).- Les participants au 3ème forum pour le développement rural en Afrique ont, à la clôture de leurs travaux mercredi à Kinshasa, plaidé pour la tenue régulière de ces assises, afin de consolider et de rendre opérationnelles les recommandations issues de ces travaux, indique un communiqué de presse du ministère du Plan reçu jeudi à l’ACP.

La source indique que le communiqué final qui a sanctionné les travaux des différents panels qui était lu par Mme Halima   Daüd, ministre en charge des collectivités locales du Malawi, retient entre-autres, la volonté des Etats d’associer les communautés rurales dans l’identification des projets de développement de leurs entités.

Au nom du Premier ministre, le ministre d’Etat en charge du Développement rural, Francois Rubota Masumbuko a, dans son allocution, salué la tenue de ces assises qui, a-t-il dit, ont permis aux panelistes d’arrêter les stratégies communes pour le développement des milieux ruraux en Afrique. « Le processus étant encore en phase d’apprentissage, il est nécessaire de créer un réseau opérationnel des acteurs du développement dans les pays membres », a-t-il poursuivi.

Le développement durable ne peut pas se faire sans la participation citoyenne à la base, selon le vice-ministre du Plan

Pour sa part, le vice-ministre du Plan, Crispin Mbadu Phanzu a souligné que le développement durable ne peut pas se faire sans la participation citoyenne à la base et sans l’engagement des différents partenaires dont les organisations de la société civile.

Pour lui, les organisations citoyennes doivent fonder leurs existences et actions sur un ensemble de valeurs qui inspirent et justifient leurs actions, en insistant particulièrement sur les principes et valeurs universels.

Dans son intervention sous le thème : « Engagement des citoyens pour la planification basée sur les évidences du développement rural », Crispin Mbadu a partagé l’expérience de la République Démocratique du Congo (RDC) dans la participation citoyenne à la formulation des plans et programmes de développement dans les milieux ruraux.

Il a tiré les leçons de différents chocs exogènes et de la capacité de la résilience de l’économie congolaise en indiquant que le gouvernement de la RDC avait pris l’option de formuler un Programme de développement local pour la période 2021-2023 des 145 (cent quarante-cinq) territoires que compte la RDC (PDL 2021-2023), qui s’inscrit dans le souci d’atteindre les objectifs du pilier cinq du Plan national stratégique de développement.

«Ce programme étant basé sur un modèle de développement de bas en haut, sa formulation a nécessité l’implication de toutes les parties prenantes, et particulièrement les populations de 145 (cent quarante-cinq) territoires que compte le pays », a-t-il fait savoir.

Ouverts le 10 janvier dernier à Kinshasa par le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, les travaux de ces assises avaient pour objectifs, notamment d’identifier les pratiques évolutives en matière de planification de la transformation rurale ; de partager les leçons apprises sur la coopération sud-sud ; d’identifier les approches multisectorielles et intersectorielles de la transformation rurale ainsi que d’approuver le document intitulé « Stratégie opérationnelle de mise en œuvre du Plan directeur du développement rural en Afrique ».

Ce forum de Kinshasa qui a connu la participation de 8 (huit) pays, dont certains en visioconférence, est institué depuis 2013 et est devenu une plateforme de recherche de consensus, d’appropriation politique, d’échange de connaissances pour défendre la transformation rurale, le développement territorial et la planification, rappelle-t-on.

ACP/Zng/RNL/NKV/MNI/SGB/TKM