Didier Budimbu  fixe l’opinion sur les difficultés de ravitaillement des produits pétroliers dans trois provinces

0
135

Kinshasa, 17 janvier 2022(ACP)– Le ministre des hydrocarbures, Didier Budimbu a fixé l’opinion sur les difficultés de ravitaillement  en produits pétroliers observées actuellement dans 3 (trois) provinces de la République démocratique du Congo (RDC) à savoir, Kinshasa,  Maniema et  Haut-Katanga, qui sont dues, non à la pénurie de produits pétroliers, mais à certaines contraintes  logistiques dont est confronté le Service des entreprises pétrolières au Congo (SEP-Congo), société assurant le transport et le stockage des produits pétrolières, indique un communiqué du ministère des Hydrocarbures reçu  lundi à l’ACP.

Pour pallier à ces difficultés dans la ville de Kinshasa, précise le communiqué, le ministère des Hydrocarbures préconise la mise en place d’une coordination regroupant outre le ministère, la Sep-Congo et les indépendants pour un meilleur approvisionnement en produits pétroliers.

Les mêmes difficultés sont aussi observées dans la province du Haut-Katanga et du Lualaba. Dans ces provinces, poursuit la source, il a été observé  vendredi 14 janvier dernier, une rareté en carburant dans les stations-service.

 Le rapport relatif à cette pénurie  transmis  explique que la rareté observée serait due à la mauvaise pratique de rationnement dont se livrent certains agents  auprès des opérateurs économiques pour recouvrer  certains droits à l’Etat.

Pour ce qui est de la province du Maniema, le ministre des hydrocarbures  avait dépêché une délégation pour évaluer la question de la pénurie des carburants dans cette province ayant  entrainé une hausse vertigineuse  du prix à la pompe.

Le litre d’essence en temps normal  qui se vendait à 3. 600 (trois milles six cents) FC,  est passé à 7.000 (sept mille) FC, suite à cette pénurie, contrairement aux rumeurs qui circulaient sur les réseaux sociaux, laissant entendre que le litre d’essence se négocie actuellement à Kindu, chef-lieu de la province du Maniema, à 13.000 (treize mille).

Selon la même source, au  terme des négociations, la délégation dépêchée à Kindu, a réussi  à faire  fléchir ce prix à 5.500 (cinq mille cinq cents) FC.

Le ministre des hydrocarbures s’est engagé avec toute son équipe à trouver des solutions durables à la situation, et tient à rappeler que son ministère travaille en coordination avec la société Sonahydroc pour doter la province du Maniema,  des moyens techniques appropriés devant assurer un ravitaillement optimal de cette entité, confirme la source. ACP/Kayu/JFM