Eve Bazaiba en mission d’inspection des sites de son secteur dans la Tshopo

0
127
La vice-Première ministre à sa descente d’avion

Kisangani, 18 janvier 2022 (ACP).- La vice-Première ministre en charge de l’environnement et développement durable, Eve Bazaiba, est  depuis lundi, dans la province de la Tshopo, accompagnée des experts du ministère et des scientifiques venus de différentes universités congolaises et belges,  pour une tournée de travail visant l’inspection de plusieurs sites relevant  de son  secteur.

Il s’agit, a-t-on fait savoir, de la visite du site des chutes Wangenia longtemps abandonné, dans l’optique de  sa restauration ; du contrôle de l’exploitation minière à Banalia et Basoko entrainant  la problématique de la pollution en amont et en aval de la rivière Aruwimi ainsi que de la visite, dans le territoire d’Isangi, de la Tour à flux de Yangambi. « Nous allons nous focaliser sur le plan d’aménagement et sur les clauses sociales prises entre la population et les exploitants forestiers », a confié la vice-Première ministre à la presse, à propos des territoires Banalia et Basoko, ajoutant qu’elle se penchera également, durant cette mission officielle de 10 jours, sur « le cas des exploitants qui, bien que disposant des permis de recherche, exploitent sans tenir compte des normes environnementales ».

Eve Bazaiba a, en outre, déclaré, concernant la Tour à flux de Yangambi, que ce projet initié par le Pr Pascal Boeckx et soutenu par l’Union européenne, fait asseoir le statut de la RDC comme « pays-solution » face au changement climatique.

Avantages de la Tour à flux de Yangambi

Pour elle, le monitoring et les données produites par cet instrument permettent au pays de démontrer sa puissance par rapport à la capacité de son massif forestier de séquestrer le gaz carbonique. « La population de la Tshopo doit jouir de sa richesse et être à mesure de transformer les potentialités en richesse, ce qui va conduire au développement », a-t-elle dit, s’adressant aux notabilités locales.

Cette forte délégation du ministère de l’environnement et développement durable, est composée des professeurs des universités de Bukavu, de Kinshasa, de Lubumbashi et de Gand, en Belgique, ainsi que des experts du ministère et du secrétariat général à l’environnement, indique-t-on.

ACP/