Le juste prix des produits surgelés et du billet d’avion, un pari gagné par le gouvernement Sama Lukonde

0
176

Kinshasa, 18 janvier 2022 (ACP).- Le Président de la République a, dès sa prise de fonctions le 24 janvier 2019, déclaré que sa politique s’inscrit dans la vision : «  le Peuple d’abord ». Celle-ci a pour objectif de placer l’homme au centre de toute activité gouvernementale.

Cependant, l’homme a besoin de manger, voyager, boire, s’habiller, étudier, un logement bref de s’épanouir dans son environnement. Pour concrétiser sa vision, il a instruit le gouvernement Sama Lukonde d’améliorer le social de la population en général et des kinois en particulier.

C’est dans ce cadre que le gouvernement dit des warriors s’est penché à stabiliser les ménages en faisant appliquer les justes prix des biens et produits de grande consommation à leur valeur.

 Il s’agit ici des poissons chinchards, des cuisses des poulets, de la viande et des côtes des porcs, des poulets, du riz, du haricot et du maïs pour ne citer que ça. S’il faut considérer les poissons chinchards, le carton a connu une hausse vertigineuse de prix sur le marché passant de 27 dollars américains à plus de cinquante dollars américains poussant la population à décliner l’offre des poissons et consort.

 Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma, confronté à cette situation s’est vu obliger de protéger le petit peuple, en mettant en pratique les justes prix des produits et biens de grande consommation.

Il a, dans le cadre de ses prérogatives, entamé le processus de formalisation des prix tout en tenant compte, de la réglementation dans la matière à savoir une structure des prix qui respecte la valeur CIF comprenant la valeur de la marchandise avec les frais d’emballage, de transport, d’assurance et des douanes ainsi que certaines taxes intérieures

La mauvaise foi des opérateurs économiques

L’application du juste prix en République démocratique du Congo est, jusqu’à ce jour, confrontée à la résistance des opérateurs économiques du secteur contraignant le gouvernement à abandonner le processus de la mise en place de la vérité des prix au risque de perturber la situation économique sur le marché.

Cette résistance a conduit le gouvernement à signer un contrat sur les échanges commerciaux avec la Namibie, au cours d’une mission d’une dizaine de jours effectuée à Windows par le ministre de l’Economie nationale à la tête d’une une forte délégation composée notamment des experts de son ministère, de la primature, des ministères des Finances et du Commerce extérieur.

A l’issue de cette mission, Jean-Marie Kalumba Yuma a présidé plusieurs rencontres à l’intention de différents importateurs des produits surgelés ainsi que ceux des services de transports, tels que la Congolaise des voies maritimes (CVM), Lignes maritimes congolaise (LMC) et la Direction générale des migrations (DGM) pour se rendre compte des causes de l’exagération des prix des produits surgelés sur le marché.

Le ministère de l’Economie nationale qui a fait du « juste-prix » son cheval de bataille, a dénoncé 36 éléments non incorporables dans la structure des prix dont la conséquence était l’exagération injustifiée des prix des produits de grande consommation sur le marché au grand malheur des consommateurs.

Jugée salvatrice au regard de son impact sur le social du congolais, la démarche du gouvernement de la République a été soutenue par les ambassades des Etats Unis d’Amériques en RDC, des Pays Bas, le Collectif des parlementaires pour l’action social, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ), Syndicat des vendeurs du Congo ainsi que les investisseurs portugais.

La réplique du gouvernement

A l’issue de toutes ces rencontres, Jean-Marie Kalumba Yuma a, au nom du gouvernement de la République, acheté un lot de 27.300 tonnes des poissons chinchards pour faire le contrepoids sur le marché des surgelés afin d’amener les opérateurs économiques à s’aligner derrière le gouvernement.

Une somme de 6 millions des dollars américains a été débloqué pour la cause afin de permettre l’applicabilité du juste prix au regard de la persistance dans la radicalisation du prix des poissons chinchards sur le marché congolais. Le premier lot de poissons chinchards payés par le gouvernement de la République est arrivé lundi 29 novembre 2021 au port de Matadi à la grande satisfaction de la population congolaise. Cette action a stoppé définitivement les pratiques frauduleuses des opérateurs économiques qui font perdre au pays plus de 200 millions de dollars chaque année.

L’applicabilité du juste prix des poissons chinchards en provenance de la Namibie est désormais une réalité sur le marché de Kinshasa. La vente est organisée dans les différents points où la population s’approvisionne à moindre coût.

La nouvelle tarification des poissons chinchards est d’application sur le marché et se présente de la manière suivante : un carton de 16M de 30kgs est passé de 94.000 Fc (quatre-vingt-quatorze mille francs congolais) à 64.000 Fc (soixante-quatre mille) soit une épargne de 30.000 (trente mille francs congolais), celui de 30 Kg de 16+ de poissons passe de 124.000 Fc (cent vingt-quatre mille francs congolais) à 94.000 (quatre-vingt-quatorze mille francs congolais) tandis que pour les poissons 18+ du même poids se négocie à 102.000 Fc (cent deux mille francs congolais ) en lieu et place de 132.000 Fc (cent trente-deux mille) soit, une réduction de 30.000 Fc (trente mille francs congolais).

Les produits pétroliers à la pompe

Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba Yuma a également pris quelques arrêtés fixant les nouveaux tarifs des produits pétroliers à la pompe afin de permettre aux transporteurs de s’en procurer facilement dans les différentes zones d’approvisionnement.

Dans la pratique, les prix sont restés les mêmes dans la zone Ouest comprenant notamment la ville-province de Kinshasa tandis que dans la Zone Sud, comprenant la ville de Lubumbashi, qu’il s’observe une légère hausse de 15 % pour l’essence, 18 % pour le gasoil et 20% pour le pétrole, la zone Est la hausse est de 10% pour l’essence, 7% pour le gasoil et 20% pour le pétrole.

La réduction de 40% du tarif de transport aérien

Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge s’est dit satisfait de la mise en application de nouveaux tarifs, rabattus de 40% pour les vols domestiques en RDC, à l’issue de la cérémonie de signature de l’arrêté ministériel fixant ces prix, par le ministre de l’Economie, Jean-Marie Kalumba

Il a précisé qu’au regard de cet arrêté, le prix du billet d’avion le plus cher oscille autour de deux cents dollars d’où l’amélioration de l’accessibilité de la population aux moyens de transport aérien qui était devenu un luxe.  

A titre illustratif, le prix du billet d’avion Kinshasa-Goma d’une distance de 1.560 (mille cinq cent soixante) km, est passé de 340 (trois cent quarante) USD à 193,1 (cent quatre-vingt-treize, un centime) USD, soit une réduction de 146,9 (cent quarante-six, neuf cents) USD US équivalent à 43% tandis que le même tarif est applicable pour le trajet Kinshasa-Lubumbashi. ACP/ZNG/OB/Thd/MNI/NMM