Tshopo : La vice-Premier ministre en charge de l’Environnement en mission d’inspection des sites dans la province de Tshopo

0
106

Kisangani, 18 janvier 2022 (ACP).- La vice-Premier ministre en charge de l’Environnement et développement durable, Eve Bazaiba a foulé, lundi 17 janvier, le sol boyomais à bord du régulier de Congo Airways, pour une mission officielle de 10 jours dans la province de la Tshopo, accompagnée des experts du ministère de l’Environnement et des scientifiques venus de différentes universités de la RDC et de la Belgique.

La patronne de l’Environnement en RDC a fait savoir que cette mission part de la ville de Kisangani, au site des chutes Wangenia longtemps abandonné dans l’optique de sa restauration, avant que le ministère du Tourisme apporte sa touche pour lui donner une casquette digne de son nom.

Mme Ève Bazaiba se penchera, dans les territoires de Banalia et de Basoko, seconde étape de sa mission de contrôle de l’exploitation minière, sur la problématique de la pollution en amont et en aval de la rivière Arwimi, suite à l’exploitation des minerais par des exploitants miniers qui ne disposent que des permis de recherche.  

« Nous allons nous focaliser sur le plan d’aménagement et sur les clauses sociales prises entre la population et les exploitants forestiers », a dit la ministre Eve Bazaiba, avant d’indiquer que pour le cas de l’exploitation minière sur cette rivière, ces exploitants, bien que disposant des permis de recherche, exploitent sans tenir compte des normes environnementales.

La vice Premier ministre Bazaiba se rendra ensuite dans le territoire d’Isangi, plus précisément dans la cité de Yangambi, pour visiter la tour à flux, un projet initié par le Pr Pascal Boeckx et soutenu par l’Union européenne en vue de faire assoir les statuts de la RD Congo comme pays solution face au changement climatique.

Pour Mme la ministre de l’Environnement, « le monitoring et les données produites par cet instrument permet au pays de démonter sa puissance par rapport à la capacité de son massif forestier de séquestrer le gaz carbonique. Ce qui fournit l’oxygène nécessaire à l’humanité pour atténuer ou maintenir la température normale à 1,5 degré Celsius, ce qui nous permet d’assoir le programme d’adaptation à la nouvelle donne climatique », a renchéri la patronne de l’Environnement.

Entretien de Mme Bazaiba avec les membres du gouvernement provincial et les autorités locales de la Tshopo

S’adressant aux membres du gouvernement provincial et aux autorités locales, la ministre Eve Bazaiba a suggéré de briser la dichotomie d’un pays potentiellement riche avec une population qui croupit dans la misère.

Pour elle, la population de la Tshopo doit jouir de sa richesse et être en mesure de transformer les potentialités en richesses qui vont conduire au développement. Cela, a-t-elle dit, ne sera possible que grâce à la disponibilisation de ces données au marché international. « Le gouvernement central lie désormais la matière environnementale avec l’économie, en vue de lutter contre la pauvreté et amener le pays vers le développement durable », a-t-elle souligné, avant d’appeler à l’unité de la population de la Tshopo.

Au cours d’un entretien avec les différentes couches sociales, la ministre de l’Environnement et développement durable a appelé la population de la Tshopo à bannir le tribalisme et de privilégier le développement de la province. Elle a, à cet effet, promis de plaider auprès du gouvernement central les différents problèmes de la Tshopo, avant de demander l’accompagnement de la population tout en conviant également les autorités provinciales à initier les actions pouvant permettre de relever la Tshopo.

A cette occasion, le gouverneur ad intérim de la Tshopo, Maurice Abibu Sakapela Bin Mungamba a félicité le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour la confiance portée sur la ministre Bazaiba, digne fille de la Tshopo, dans un secteur très sensible qui attire l’attention de toute l’humanité.

Il est à signaler que la forte délégation du ministère de l’Environnement et développement durable était composée des professeurs des universités de Bukavu, de Kinshasa, Lubumbashi de Gan en Belgique, des experts du ministère et du secrétariat général à l’Environnement. ACP/ZNG/OB/Thd/MNI/NMM