Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi pour le recrutement des magistrats civils et militaires

0
403

Kinshasa, 21 janv.2022 (ACP).- Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a évoqué vendredi, la nécessité de recruter les magistrats civils et militaires ainsi que les conseillers référendaires, dans sa communication, lors de la 37ème  réunion du Conseil des ministres, qu’il a présidé vendredi par visioconférence dans son cabinet de travail à la cité de l’Union africaine.

D’après le ministre de la communication et médias, porte-parole du gouvernement,  Patrick Muyaya qui a fait ce compte rendu sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi a fait le constat lors de ses différentes visites d’itinérance à l’intérieur du pays, du problème d’insuffisance des magistrats à couvrir les offices des parquets des juridictions à travers le pays et à résorber les besoins du peuple dans la quête de la justice.

Pour le Chef de l’Etat, cette situation est l’une des raisons de la faible administration de celle-ci et de l’instauration de l’Etat de droit. Elle affecte aussi le fonctionnement de la cour constitutionnelle. C’est ainsi que, pour pallier à ce problème et dans la suite de ce qu’il a annoncé dans le dernier discours sur l’Etat de la nation devant le parlement réuni en congrès, a-t-il poursuivi, le Président de la République en sa qualité du garant de fonctionnement  régulier des institutions, a chargé le président du Conseil supérieur de la magistrature de mettre en place, avec le concours du gouvernement, un cadre de concertation, afin de définir les canaux susceptibles de rendre effectif le recrutement des magistrats civils et militaires ainsi que celui des conseillers référendaires près la cour constitutionnelle.

S’agissant de l’accélération de la mise en œuvre des initiatives de la valorisation des ressources minières stratégiques que le pays possède, le Chef de l’Etat a appelé à une redéfinition de la chaine d’approvisionnement des produits miniers à caractère stratégique notamment, le lithium, le cobalt, le coltan, du fait de leur demande mondiale au cœur des enjeux de la transition écologique.

A cet effet, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi a instruit, sur la coordination du Premier ministre, la ministre des mines et toutes les structures du gouvernement impliquées de présenter un plan d’action opérationnel permettant l’accélération des initiatives de valorisation des ressources minières stratégiques et le développement des chaines de transformation locales.

En outre, il a demandé à ce qu’un certain nombre de projets bénéficient d’une attention et d’un suivi particulier tel que le développement de la filière lithium dans la province du Tanganyika dans la suite des résolutions prises lors du dernier « DRC-Africa business forum »

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a également  insisté pour que la ministre des mines encadre de manière particulière les actions du gouvernement provincial du Lualaba, le cas du projet du centre de logos de « Musampo » qui doit  être opérationnel en urgence, en vue d’assurer la traçabilité de garantir des  conditions socio-environnementales de la production artisanale, gage d’un accès direct vers les marchés d’approvisionnement des grandes entreprises mondiales des secteurs notamment, de l’automobile, de l’électronique et de l’énergie.

Le Chef de l’Etat rappelle l’importance du programme à la base des 145 territoires

Le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya a fait savoir que le Président de la République a, au cours de ce Conseil des ministres, rappelé l’importance du programme de développement à la base de 145 territoires qui vise notamment, le développement de l’intérieur du pays et particulièrement dans son volet agriculture dans les zones à conflit.

Le Chef de l’Etat a souligné l’exigence de mettre préalablement un accent particulier sur la sécurité comme gage de la mise en œuvre du programme de 145 territoires, au regard de la persistance de l’insécurité dans certaines parties du pays, particulièrement dans l’Est de la RDC, où les cultivateurs sont empêchés de se rendre dans les champs et sont souvent victimes des attaques durant cette période.

«Il y a donc lieu d’évaluer la possibilité de création des couloirs humanitaires de concert avec la Monusco et de privilégier un plan à court et moyen termes sur la réhabilitation et la construction des axes routiers, afin de permettre l’évacuation des produits des champs, d’intensifier les opérations militaires pour traquer et éradiquer la présence des forces négatives, tout en veillant scrupuleusement à couper leur chaine d’approvisionnement», a-t-il déclaré.

Il a, à ce sujet, encouragé les populations locales mais aussi la population congolaise toute entière à dénoncer ces forces négatives dont l’activisme entrave le développement de ces espaces.

Par conséquent, le Président de la République a chargé le Premier ministre Chef du gouvernement, le vice Premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité et décentralisation ainsi que ses services spécialisés ; le ministre de la défense nationale, le ministre de finances, de travailler en étroite collaboration, afin de converger les efforts pour la réalisation de toutes les mesures sécuritaires préalables pour que les compatriotes habitant les territoires perturbés par lesdits conflits puissent, bénéficier de la mise en œuvre de ce programme.

Auparavant, le Président de la République avait commencé par rendre hommage à Monsieur Bénoit Lwamba Bindu, premier Président émérite de la cour suprême de justice et président honoraire de la cour constitutionnelle, du conseil supérieur de la magistrature décédé, le 17 janvier à Bruxelles et Joseph Mushagalusa procureur général décédé aussi il y a quelques jours.

Il a, à cet effet, présenté les condoléances de la nation aux familles des illustres disparus et demandé au Premier ministre de travailler étroitement avec le président du Conseil supérieur de la magistrature pour l’organisation des obsèques digne de leur rang.

Prenant la parole, suite à la communication du Président de la République, le Premier ministre, Chef du gouvernement a tenu à féliciter le Chef de l’Etat pour sa prise de fonction, mardi dernier à Brazzaville, à la tête de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC).

Il a aussi fait le point de la réunion du comité de pilotage stratégique du projet de développement à la base de 145 territoires qu’il a tenue, à la suite des réunions du comité politique de pilotage présidée récemment par le Président de la République. Il a été de même pour le comité de pilotage des jeux de la Francophonie, pour s’assurer de l’évolution harmonieuse des préparatifs de ces jeux tant attendus.

La situation sécuritaire du territoire national demeure généralement calme, selon le ministre de l’intérieur

Concernant le deuxième point sur l’information, a indiqué Patrick Muyaya, le vice premier ministre, ministre de l’intérieur, décentralisation, sécurité et affaires coutumières a fait le point de l’état du territoire national qui demeure généralement calme, en dépit des cas d’insécurité enregistrés dans la partie Est où se poursuivent les opérations militaires, dans le cadre de l’Etat de siège.

«L’état d’esprit de la population a été marqué cette semaine par la participation du Président de la République à la vingtième conférence des Chefs d’Etats et des gouvernements des pays de la CEEAC à Brazzaville le 19 janvier 2022 au cours de laquelle, le pays a pris la présidence tournante de cette organisation régionale. La première réaction favorable a été faite, à la suite de la remise par le Président de la République, le 18 janvier dernier des bus de transport en faveur des étudiants des établissements d’enseignement supérieur et universitaire de Kinshasa. La commémoration les 16 et 17 janvier 2022 des anniversaires respectifs de la mort de M’zee Laurent Désiré Kabila et du Héros national Patrice Emery Lumumba», a-t-il ajouté.

Quelques faits ont été également abordés par le vice premier ministre, ministre de l’intérieur, notamment la recrudescence du banditisme urbain dans certaines villes, telles que Lubumbashi, Kananga, Bukavu et Goma où des cas isolés ont été déplorés. «Des services habilités sont à l’opération pour mettre fin à toutes ces aventures», a-t-il affirmé.

Il a fait savoir au conseil le rapatriement d’une centaine de ressortissants Rwandais, à partir de la localité de Boza, fouillant la campagne de vaccination contre la Covid-19, organisée dans leur pays.

Mettant en œuvre les directives du Président de la République visant à fluidifier la circulation routière à Kinshasa, le vice-Premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières a fait part au conseil des instructions qu’il a transmises aux services de sa tutelle, notamment la police nationale et le gouverneur de la ville province de Kinshasa pour la mise en œuvre de ces mesures permettant de soulager la circulation dans la capitale.

Toujours sur ce chapitre sécuritaire, le ministre de la défense nationale et anciens combattants a fait le point au sein de la situation générale du pays. Il a indiqué que les opérations conjointes des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et la Force de défense du peuple ougandais se poursuivent normalement.

La réunion de coordination des opérations tenues récemment entre les deux armées a réitéré la principale mission de celles-ci, à savoir : l’éradication de hors la loi, et la sécurisation des travaux de construction de la route Kasindi, Beni Butembo.

Dans le secteur opérationnel de l’Ituri, les forces armées de la RDC procèdent au renforcement des dispositifs et même des actions de fixations contre les attaques des inciviques armés jusqu’à leur capitulation. En territoires d’Uvira et de Mwenga, dans le Sud-Kivu, les patrouilles de combats se poursuivent dans la zone, après l’arrestation la semaine dernière au poste frontalier d’un certain « Benjamin », l’un des dirigeants chargé de finances, de renseignements et des approvisionnements des terroristes des ADF.

 Cet acte constitue une étape importante dans la recherche des informations sur le site du financement des approvisionnements de ce mouvement terroriste. Il a été acheminé à Bukavu, avant d’être transféré à Kinshasa.

Abordant à son tour, le chapitre sur l’évolution de la situation de la pandémie à Covid-19, le ministre de la santé, hygiène et prévention a présenté les derniers consolidés dont le cumul des cas s’élève aujourd’hui à 84 420 cas confirmés qui nage autour de 1,5%.

Il a souligné que la mortalité due au Coronavirus demeure faible, dans le pays malgré l’augmentation des cas des infections au cours de cette vague caractérisée principalement en RDC par la propagation du variant «Omicron».

La vaccination anti Covid, la distanciation sociale et le port correct des masques restent à la ligne de défense et prédominance efficacement contre la propagation du virus.

Quant aux actions prioritaires entreprises par le gouvernement, il a précisé qu’il vise d’augmenter l’offre du service de vaccination contre la Covid-19  sur toute l’étendue du pays par la mise en place progressive d’un cadre de vaccination aux différents points d’entrée du pays, l’amélioration de la gestion de vaccin contre la Covid à tous les niveaux et l’amélioration de la notification de la prise en charge des manifestations.

Avant de clore son intervention, le ministre de la Santé publique, hygiène et prévention a, annoncé au Conseil la signature le 20 janvier 2022 du protocole d’accord entre le banc syndical du professionnel et administratif des services de son secteur et le gouvernement. Cette étape a sanctionné la fin de la grève du personnel de santé débutée le 2 août 2021.

Présentation de l’état d’avancement du projet « zéro trou »

Le ministre des Infrastructures a, à son tour, présenté le rapport sur l’état d’avancement du projet d’entretiens et  de construction de la voirie de Kinshasa «Zéro trou». Conformément aux instructions du Président de la République, le ministre d’état, le ministre des infrastructures, travaux publics et des reconstructions a été chargé de présenter à chaque réunion de Conseil des ministres l’état d’avancement des projets d’infrastructures notamment celui de Kinshasa «zéro trou».

Ce projet qui vise la réhabilitation de près de 86 km des chaussées sur la présentation de leur forte dégradation dans les différentes sections sur l’ensemble de quatre districts de la ville province de Kinshasa. Le programme couvre 49 artères dont 24 sont déjà prises en charge sur cette première phase. L’objectif final de ce projet, vise à améliorer les conditions de circulation automobile à Kinshasa. A ce jour, plus de 3 mois après son lancement, sa mise en œuvre est jugée satisfaisante avec la mise en œuvre des dispositions des ressources financières.

En ce qui concerne le projet «Tshilejelu», l’état d’avancement des travaux indique ce qui suit : pour la ville de Kinshasa, les travaux de réhabilitations  qui relèvent d’un service routier évoluent bien grâce, au décaissement des fonds prévu à peu près de 28% au total. Au regard du temps contracté en partie, la réalisation de ce projet est à 25%.

Pour les villes de Mbuji-Mayi et Kananga, le niveau d’exécution de ce projet respectivement sur 25 ,36km et 35 km de voiries est faible et connait un retard par rapport à la durée impartie, cela est dû entre autres à une faiblesse dans la planification et la difficulté d’approvisionnement commis dans le Grand Kasaï par les entreprises concernées ,un train des mesures correctives ont été prises en collaboration avec toutes les parties prenantes, en intégrant le démarrage des travaux dans d’autres provinces de l’espace Grand Kasaï, afin de ramener le projet sur un chemin critique qui devrait permettre de respecter le délai fixé. Le conseil a pris acte de ce rapport.

Intervenant à son tour, le ministre de l’intégration régionale et chargé de la francophonie a présenté consécutivement à la recommandation du Président de la République, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, le rapport sur l’état d’avancement des préparatifs des jeux de la francophonie.

Pour la visibilité des actions et réalisations des différents ministères

A son tour, le ministre de la communication et des médias a présenté au Conseil les grandes lignes de la stratégie gouvernementale de l’année 2022, partant des efforts déployés en 2021, de marquer la différence et communiquer de manière régulière ainsi que transparente sur ce qu’a été la réalisation du gouvernement, notamment à travers le programme de briefing. Il a précisé qu’il sera question en 2022, de privilégier la communication de proximité et assurer la visibilité des actions et réalisations des différents ministères du gouvernement sur le terrain.

De même, l’adaptation des structures de communication des différents ministères qui doivent répondre à ce 21ième siècle, aux impératifs technologiques.

La présentation de la charte graphique et du portail de la République, va concrétiser la volonté du gouvernement d’uniformiser l’identité visuelle et l’harmonisation des canaux de communication gouvernementale avec une touche de modernité, a-t-il souligné.

Parlant de la Radio-télévision nationale congolaise, le ministre de communication et des médias a annoncé les travaux en cours en son sein, d’élaboration d’une nouvelle grille de programme plus souple et adapté au contexte de changement de narratif dont l’entrée en vigueur va coïncider avec la présentation du nouveau logo.

Entre temps, poursuit le ministre, le projet d’investissement en vue d’acquérir les équipements modernes pour améliorer notamment la qualité de la réception de signal passant de l’analogique en ultra définition a été déjà soumis au gouvernement au cours d’examen. La perception de la redevance audiovisuelle, qui sera plus effective cette année, permettra à cet établissement public de dégager plus des ressources dans ses activités.  Le ministre de la communication et des médias a insisté sur la nécessité pour les membres de gouvernement de travailler en synergie dans la cohésion pour s’assurer d’une communication gouvernementale, structurée, intégrée et efficace, pour mieux comprendre le programme du gouvernement et du Président de la République.

Il a, enfin, annoncé la tenue du 25 au 28 janvier prochain des états généraux de la communication et médias, assises qui visent la refondation de l’écosystème de secteur de la presse et de la communication en RDC. ACP/Réd/May