L’amélioration des services du secteur des transports au centre des préoccupations du ministère de tutelle en 2021 (Par Apollinaire Manzenza)  

0
119

Kinshasa, 24 janvier 2022 (ACP).– Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), à travers le ministère des Transports, voies de communication et de désenclavement est resté préoccupé au cours de l’année 2021, par le souci d’améliorer les conditions des services du secteur des transports, afin de permettre à ceux-ci de jouer son rôle de poumon et de socle de la relance  de l’économie nationale.

C’est dans ce cadre que durant toute l’année 2021, le ministre des Transports, voies de communication et de désenclavement, Chérubin Okende Senga, sous le leadership du Premier Ministre Jean Michel Sama Lukonde et en droite ligne de la vision du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’est évertuait à déployer et à initier les reformes,  dans l’objectif d’accomplir la mission lui assignée par le gouvernement.

« Le secteur des transports est comme le sang dans le corps humain, il doit circuler afin de donner la vie  », insiste chaque fois le ministre des Transports  Okende. C’est donc dans cette option que plusieurs actions ont été initiées.

Dans le domaine de l’aviation civile

Dans le domaine de l’aviation civile, le gouvernement s’est employé à travers le ministère des Transports, à faire sortir le pays de la liste noire de l’Union européenne qui interdisait aux aéronefs congolais de survoler l’espace aérien européen. Une feuille de route a été élaborée  afin de permettre  au pays de se positionner parmi les pays respectant les normes édictées par l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI).

L’objectif du gouvernement à travers ce document, était de voir le secteur aéronautique congolais dépasser la moyenne mondiale de plus de 65% lors du prochain audit de l’OACI prévues en cette année 2022.

Dans ce même secteur aéronautique et pour renforcer la desserte aérienne, le gouvernement a signé, avec la compagnie aérienne « Ethiopian Airlines », un contrat d’acquisition de 7 (sept) avions neufs au profit de la création d’une nouvelle entreprise congolaise dénommée « Air Congo ». Dans le même cadre un autre contrat a été signé avec la firme brésilienne « Embraer » pour doter la compagnie aérienne nationale Congo Airways, d’un nouvel aéronef  « Embraer » dont la matérialisation desdits contrats est attendue au cours de 2022 en cours.

Dans le domaine maritime

Dans le secteur maritime et portuaire, le gouvernement s’est engagé à fermer les ports privés et clandestins qui asphyxient l’économie nationale du pays. La présence de ces ports ayant une incidence néfaste sur la compétitivité de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP), dont les recettes proviennent principalement des activités portuaires.

A mentionner aussi, le projet de construction du port en eaux profondes à Banana, dans la province du Kongo Central qui  est à considérer comme le plus grand projet du gouvernement des « Warrior » de l’année 2021 dans le secteur de transports maritime et portuaire.

Les travaux seront lancés à la fin du mois de janvier en cours. Et ce, Grâce à la détermination du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo qui, après avoir revisité le contrat signé avec le partenaire DP Word, des Emirats Arabes Unis, pour un coût d’un milliard et demie de dollars américains.

Ce projet va booster l’économie congolaise, car plus de 5.000 (cinq mille) emplois directs et indirects seront  créés autour de cette réalisation.

Dans le même contexte le gouvernement entend doter l’armement national, à savoir les lignes maritimes congolaises (LMC), d’un navire adéquat  et performant, en vue de redorer l’image ternie de la RDC dans ce secteur maritime. Déjà des pourparlers sont avancés pour l’acquisition, cette année 2022, d’un navire battant pavillon congolais.

C’est dans ce cadre que le ministre des Transports, voies de communication et de désenclavement entend créer deux structures, notamment l’ « Autorité portuaire »  et l’ « Autorité  maritime »,  afin  de faire jouer pleinement à ce secteur, son rôle dans l’économie du pays et permettre ainsi d’attirer le meilleur bénéfice de son flux commercial, d’augmenter la performance de son économie et d’améliorer le bien-être de la population congolaise toute entière.

De la réhabilitation de la voie ferrée

Dans le cadre de la réhabilitation du réseau ferroviaire de la RDC, le gouvernement, à travers le ministère des Transports piloté par Chérubin Okende, avait lancé les travaux  de réhabilitation de la voie ferrée Kinshasa-Matadi qui est sous la gestion de la (SCTP). Un engagement ferme est en cours pour doter la Société nationale des chemins de fer du Congo (Sncc), des nouvelles locomotives, afin de relancer le trafic ferroviaire dans le sud-ouest du pays.

Du secteur fluvial, lacustre et routier

Des actions ont été menées à l’exemple du balisage du fleuve Congo et de ses affluents qui permettent et garantissent une bonne navigation des unités flottantes, nonobstant quelques armateurs qui évoluent dans le non-respect des normes édictées et qui occasionnent des naufrages. Le secteur routier par contre a été marqué en 2021 par l’extension des activités de la Société des transports au Congo (Transco) dans la, province de Haut-Uélé.

Le secteur routier a été marqué par le lancement des nouveaux bus au profit de la Société des transports au Congo (Transco), acquis sur fonds propre du gouvernement. L’acquisition de  ces 440 (quatre cent quarante) bus pimpants neufs,  de marque Volvo a obéit à la vision du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo  qui vise l’amélioration de la mobilité des kinoises et kinois.

L’année 2021 n’a pas connu seulement des réalisations. Le secteur des transports congolais a connu deux mouvements des grèves qui ont paralysé le fonctionnement harmonieux de son système. Ces mouvements de grèves déclenchés ont eu des incidences qui ont perturbé certaines activités économiques de Kinshasa la capitale.

Il s’agit de la grève des conducteurs de bus Transco qui a duré deux semaines, celle des agents de la Société commerciale des transports (SCTP) déclenchée dans plus de 17 (dix-sept) provinces. Cette dernière a empêché les bateaux d’accoster dans les ports maritimes de Matadi et de Boma dans le Kongo central. ACP/Kayu/OB/JFM/CKM/SGB/MMC