La transformation numérique dans le secteur public, une des réalisations majeure déployée au ministère du Numérique en 2021 (Par Ritchie Sumbula et Gloria Sukisa)

0
196

Kinshasa, 26 janvier 2022 (ACP).- Le ministre du Numérique, Désiré Cashmir Eberande Kolongele, a fait de la transformation numérique dans le secteur public, son cheval de bataille au cours de l’année 2021, dans le but de concrétiser la vision du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, celle de doter la République démocratique du Congo (RDC), d’un plan national digital et d’un code numérique digne et capable de servir positivement tous les secteurs publics.

Projet de mise en place d’une charte graphique et d’un portail de la République et son utilité

L’une des actions de l’année portée par le ministre du Numérique, en sa qualité de conseiller technique du gouvernement, accompagné de son collègue de la communication et médias, a été la présentation officielle, au conseil des ministres, de la charte graphique et le portail du gouvernement.

La mise en place de ces deux documents fixés par le ministère du Numérique et celui de la Communication et médias répond aux enjeux techniques et stratégiques majeurs, à savoir  la mise en valeur des intérêts du pays en terme de la qualité des normes technologiques à utiliser ; la promotion d’une expérience des utilisateurs faciles sur les supports numériques susceptibles de répondre à l’intérêt des usagers d’accéder aux informations ainsi que la garantie assurée de l’identité visuelle du pays.

Cette charte graphique comprend les fondamentaux qui représentent l’architecture de la marque État, avec les éléments ci-après : le logotype ; les émetteurs du gouvernement ; les règles d’usage ; la composition ; la typographie ainsi que les couleurs.

En ce qui concerne les mails, le ministère du Numérique a eu déjà à effectuer la réservation des noms de domaine de tous les ministères du gouvernement sous le domaine : « gouv.cd » pour une période initiale de 3 (trois) ans renouvelables.

Les sites web du gouvernement ont fait l’objet d’un hébergement de la catégorie : «Platinum» des services offerts par le Prestataire.

Cette catégorie garantit pour chaque ministère mentionné, 500 (cinq cents) gigas d’espaces de stockage et 1.000 (mille) adresses mails et un trafic illimité.

Quant au portail web de la République, il permet de doter au gouvernement d’un outil attractif, innovant et intuitif qui présente les axes, actions et activités de tous les secteurs du pays, pour ainsi lutter contre la propagation des fake news.

Le portail de la République est à considérer comme le hub (carrefour) transactionnel et d’entrée sur la toile en RDC. Il représente le pays, sur base de sa constitution, en décrivant, notamment son histoire, sa géographie ; ses institutions, son patrimoine culturel, faunique, floristique, ses richesses en sol et en sous-sol, sa capacité à attirer les investissements, etc.

Lancement par le Premier ministre Sama Lukonde de l’atelier de réflexion sur la transformation numérique de la RDC

Dans le souci d’accompagner la concrétisation du projet présenté par le ministre du Numérique, le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a eu à lancer à Kinshasa, les travaux de l’atelier de réflexion sur la transformation numérique de la RDC, organisé par le ministre du Numérique, Désiré Cashmir Eberande Kolongele, sous le thème « Programme de transformation numérique de la RDC à l’horizon 2023 ».

Pour le Premier ministre, le numérique doit constituer la solution qui peut permettre à la RDC d’atteindre les objectifs de son développement.

« Le gouvernement de la République s’est engagé sur le chemin de la croissance et du développement. C’est pourquoi j’ai inscrit le numérique comme l’un des axes majeurs du programme du gouvernement qui a été présenté devant la représentation nationale. J’avais insisté sur le fait qu’il est nécessaire de transformer le programme national du numérique en axe pratique de l’action gouvernementale. Cet atelier est la concrétisation de cet engagement », avait-il souligné.

La table ronde des bailleurs de fonds pour le financement des projets prioritaires

Un autre fait qui a marqué l’année 2021, aura été la tenue de la table-ronde pour le financement des projets prioritaires concernant le secteur du numérique. Ces assises organisées du 23 au 25 juin 2021 à Kinshasa, étaient présidées par la ministre d’Etat en charge du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, en l’absence du ministre   Kolongele empêché.

Cette rencontre a permis de traduire, non seulement, la vision du Chef de l’Etat, Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ainsi que le programme de transformation numérique de la RDC, mais aussi, la préparation d’une feuille de route composée des projets prioritaires couvrant les domaines de la santé, de l’éducation, des finances, de l’identification de la population ainsi que de la dématérialisation des services publics.

A l’occasion, 8 (huit) projets prioritaires sur les 13 relevés par les experts du ministère du Numérique avaient été présentés aux bailleurs de fonds, parmi lesquels on peut citer, la gouvernance électronique (E-Gouv) qui est une plateforme d’échange d’informations et de stockage des données, dans le but de légitimer les relations de l’Etat avec les citoyens ; le projet Intranet du gouvernement qui vise à doter le gouvernement d’un réseau intranet moderne efficace ; le projet de mise en place d’une infrastructure de communication permettant d’interconnecter physiquement toutes les institutions, en vue de faciliter l’accès et l’échanges d’informations entre les services publics, les citoyens ; le E-Education ainsi que le projet d’agrégateur de paiement électronique qui permet la numérisation des recettes publiques.

Echange d’expériences entre le ministère du Numérique et celui du Commerce extérieur

Dans le cadre de collaboration et d’échange d’expériences entre les membres du gouvernement, le ministre du Numérique et son collègue du Commerce extérieur Jean Lucien Bussa, ont décidé, au cours de l’année 2021, d’instituer un cadre permanent de concertation basé sur les questions communes du commerce électronique (E-commerce) qui, à ce jour, est devenu un élément important, à la fois dans le commerce intérieur, mais aussi, au niveau du commerce international, dans la mesure où la RDC appartient, notamment à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), au Marché commun de l’Afrique australe et orientale (COMESA) ainsi qu’ à la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Echange d’expériences avec l’extérieur

Pour défendre le Numérique congolais, la RDC avait pris part à la 5ème édition du Salon « Viva-Tech » qui s’était tenue à Paris, en France. Les Start-ups congolaises étaient présentes, sous la conduite du ministre du Numérique et de son collègue des Postes, télécommunications, nouvelles technologies de l’information et de la communication (Pt-ntic), Kibassa Maliba,  pour présenter à la face du monde les différentes solutions qu’elle peut apporter dans le domaine du numérique.

Dans le cadre de cet évènement regroupant plusieurs « Startups » du monde, les deux membres du gouvernement avaient assisté à l’intérêt que manifestaient plusieurs visiteurs à l’égard des startups congolaises dans leurs démonstrations sur l’innovation du numérique et de la nouvelle technologie, en explosant tout leur savoir-faire, en vue d’attirer les investisseurs capables d’appuyer le secteur et faire développer l’économie numérique en RDC.  ACP/ODM/OB/KJI/KMT/NMM