CAN 2022 : l’Egypte éjecte le Cameroun aux tirs au but (3-1) et rejoint le Sénégal en finale

0
307

Kinshasa, 03 février 2022 (ACP).- Les Pharaons d’Égypte ont éjecté les Lions Indomptables du Cameroun en les battant aux tirs au but (3-1, 0-0 après prolongation), jeudi au stade d’Olembe, à Yaoundé, en demi-finale de la 33ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football. Au terme du temps réglementaire et des prolongations, les deux équipes se sont quittées sur un nul blanc.

Le Cameroun dominateur en 1ère période

Première tentative égyptienne avec Mohamed Salah (6ème) qui envoie la balle au-dessus de la transversale des perches d’André Onana. La réaction du Cameroun survient sur un corner, joué de droite à gauche sur un coup de tête de Ngandeu, très en verve et qui envoie la balle sur la transversale qui la renvoie et permet au portier égyptien Gabaski de s’en saisir.

 Montée de Trezeguet et nouveau souffle égyptien

A la reprise, les Pharaons regagnent l’aire de jeu avec de nouvelles intentions offensives. Sur une mauvaise remise camerounaise, Salah se détache seul dans la moitié du terrain des Lions Indomptables et s’en va, en plein axe, à la conquête du ballon. Sur un crochet, l’attaquant de Liverpool est arrêté net par André Onana, très anticipatif et qui a senti le danger arriver.

Dominateur en première période, le Cameroun commence à s’émousser petit à petit et à perdre de sa superbe agressivité, au profit des l’Egyptiens. Sur une offensive, il a failli de peu pour que Ngamaleu (67ème) ne trompe Gabaski qui veille au grain et se saisit du cuir. A l’instant même, sur un mauvais renvoi de la défense des Pharaons, Ngouet (68ème) dégaine un missile à longue distance, mais Gabaski s’envole dans les airs pour détourner la balle en corner.

Tous les buteurs éteints

La partie, toujours indécise, s’emballe alors que les minutes s’égrènent inéluctablement sans que rien ne se dessine favorablement pour les Camerounais ou pour les Egyptiens, quand bien même tout peut basculer dans un sens comme dans l’autre au cours de cette partie, très physique et on ne peut plus engagée mais pleine de fair-play.

Quoiqu’il en soit les Lions Indomptables et leurs deux artificiers patentés, Vincent Aboubakar (6 buts) et Toko Ekambi (5 buts), restent effacés et éteints autant que la star égyptienne Mo Salah voire le co-équipier de ce dernier, Trezeguet, monté en deuxième période pour donner du tonus aux siens.

Durant les 4 minutes additionnelles, l’Egypte pousse au point que, de la tribune où il se trouve, le président de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT), Samuel Eto’o Fils ne cesse de gesticuler pour pousser, à sa manière, les Lions Indomptables au réveil. Sur ces entrefaites, l’arbitre gambien, Bakary Papa Gassama, siffle la fin réglementaire de la partie sur un nul blanc pour une petite pause avant les prolongations.

L’épreuve éprouvante des prolongations

Dès le coup d’envoi des 15 premières minutes, André Onana, le portier camerounais, a failli se faire prendre sur un lobe lointain qui a vu la balle atterrir sur les filets, un cran au-dessus de la barre transversale. Sur une fulgurante attaque, à la 102ème, l’Egypte frôle l’ouverture du score alors qu’André Onana voit la balle passer sur la longueur devant ses bois.

Pour la suite, sur  une offensive de Clinton Nje (105ème), monté plus tôt, en lieu et place de Toko Ekambi,  le Cameroun rate une belle occasion de faire la différence. D’où la fin de cette première échéance des prolongations sur un gros nul blanc. Sur une tentative lointaine camerounaise, Gabaski s’envole pour sauver le danger camerounais. Le corner qui s’en suit est improductif.

Samuel Eto’o (115ème), aux côtés de Yannick Noah, un ancien international français de renom et d’origine camerounaise, est encore visible debout et certainement inquiet, pour réveiller la tanière quelque peu timorée.

N’importe comment, à la manière de 90 minutes de jeu, les prolongations sont autant fermées au point que Bakary Papa Gassama, l’arbitre central gambien, invite les deux équipes à l’épreuve fatidique des tirs au but.

Gabaski, roi dans ses perches

Alors que les attaquants égyptiens et toutes ses stars dont Salah et Trezeguet, ont été muets durant les 120 minutes de la rencontre, les Pharaons ont éliminé les Lions Indomptables, entre autres, sur le keeping éblouissant de son gardien de but Gabaski. A lui seul, même s’il a fléchi à la première tentative concluante de Vincent Aboubakar, il a annihilé celles de Mukubi et Clinton Nje.

Fort des 3 essais réussis de ses co-équipiers dont Zizou et Monheim, les Pharaons d’Egypte ont été, ainsi, sanctifiés pour la finale de dimanche prochain contre les Lions de la Téranga du Sénégal. Les Lions camerounais se contenteront de la petite finale samedi face aux Etalons du Burkina Faso, un remake du match d’ouverture du groupe A, remporté (2-1) par le pays organisateur. Après 1972, soit 50 ans après, le Cameroun ne jouera pas une finale à domicile comme pays organisateur.

ACP /