Jean Florent Ibenge parmi les 3 entraîneurs africains charmés par le Français Arsène Wenger

0
118

Kinshasa, 06 février 2022 (ACP).- L’entraîneur congolais de Renaissance de Berkane du Maroc, Jean-Florent Ibenge Ikwange figure parmi les 3 entraîneurs africains charmés par l’ancien manager du club anglais d’Arsenal, le Français Arsène Wenger, rapportent les médias internationaux.

Selon ces médias, le technicien français Arsène Wenger, actuellement membre d’une des commissions de la Fédération internationale de football association (FIFA), a porté son regard sur les entraîneurs du continent africain tout au long de la 33ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) qui s’est déroulée du 9 janvier au 6 février au Cameroun.

Regard de Wenger sur les 3 entraîneurs du cœur.

A ce titre, le Français n’a pas cessé de tarir d’éloges sur les 3 coaches africains qui l’impressionnent. « Le football africain est en pleine effervescence et c’est en grande partie dû à une nouvelle génération d’entraîneurs, qui s’illustrent dans des innovations », a-t-il dit, à commencer par le mentor des Lions de la Téranga du Sénégal. « Aliou Cissé est entrain de prendre de l’assurance, il comprend le jeu et sait cibler les money time, c’est-à-dire les derniers instants du temps réglementaire d’un match », a-t-il relevé avant de porter un regard sur le coach de l’Algérie.

« Il en est de même pour l’Algérien Djamel Belmadi, qui a une très belle vision du football », a dit Arsène Wenger, qui, en dernier ressort, a parlé de Jean Florent Ibenge, ancien entraîneur de l’AS V.Club de Kinshasa et des Léopards de la RD Congo.

« Mon troisième coup de cœur est Jean Florent Ibenge. Pour moi, il est une sorte de Guardiola africain. Ibenge est très scientifique dans son approche du football et je ne serai pas étonné qu’il prenne la tête d’un club européen dans les années à venir », a conclu l’expert français.

Ibenge très flatté par ces propos

Joint par l’ACP au téléphone dimanche au Maroc où il est entraîne Renaissance Sportive de Berkane, Jean Florent Ibenge Ikwange s’est dit, trêve de commentaire, très flatté par les propos d’un connaisseur avisé du football qu’est Arsène Wenger tout en s’empêchant néanmoins de dire comment il a rencontré les deux autres entraîneurs issus de la même école de formation que lui.

« J’ai connu Aliou Cissé alors âgé de 17 ans à l’époque où il était à Lille au Centre de formation. J’habitais cette ville où j’ai connu beaucoup de joueurs notamment un ami, feu Gaston Mobati Ndalago, Roger Boli et Abedi Pelé. En son temps, Aliou était avec les U17. Autant dire que nous sommes amis et nous avons des connaissances communes. A ce titre, nous sommes tous issus de Clairefontaine, le Centre de formation de la Fédération française de football (FFF), pour l’obtention du diplôme que nous avons l’un et l’autre. Présentement, nous nous retrouvons tous les deux au Maroc dans le même groupe de travail en vue de notre Licence Pro.

Par contre pour Djamel Belmadi, l’actuel entraîneur des Fennecs d’Algérie, je l’ai connu et croisé sur le terrain de football. A l’époque, je jouais au sein de l’équipe de Boulogne-Sur-Mer et Belmadi à la réserve du Paris-Saint-Germain (PSG). Nous jouions dans un même championnat mais il était plus jeune que moi », a-t-il fait savoir pour terminer son propos. ACP/