La Société civile plaide pour l’indemnisation et la relocalisation des occupants sur les emprises de la Snel

0
182

Kinshasa, 10 février 2022 (ACP).- Une plateforme  de la Société civile demande au gouvernement de mener des actions d’envergure consistant à répertorier les occupants des emprises de la Société nationale d’électricité (SNEL) dans la perspective de les indemniser et les relocaliser dans un nouveau site.

Le coordonnateur de l’ONG de défense des droits de l’homme « Héritier de la justice (HJ) », Lambert Wasolwa, membre de la plateforme qui l’a dit lors d’un point de presse animé jeudi dans la commune de la Gombe à Kinshasa, a expliqué que cette action est possible car le gouvernement avait, en son temps, épargné des vies humaines en délogeant les sinistrés de la rivière Makelele dans la commune de Bandalungwa pour les loger à Mpasa, un site loti dans la commune de la Nsele, en vue d’épargner des vies humaines.

L’activiste des droits humains a noté que la plupart de ces habitants ont soutenu que c’est l’Etat qui délivre les titres de propriété à ceux qui occupent les servitudes de la SNEL. S’il veut les déguerpir, il doit s’assurer de leur indemnisation. « Ces gens n’ont pas eu ces espaces eux-mêmes. C’est l’Etat qui leur a donné les titres de propriété. L’état est responsable de lui-même et de ces gens donc s’il doit les indemniser, s’il veut les faire quitter », a-t-il martelé.

Par ailleurs, Wasolwa a révélé que les habitations dans les servitudes de la SNEL se retrouvent dans nombreux sites tant à Kinshasa que dans l’arrière pays par où passe la ligne de haute tension Inga-Shaba. Dans la capitale, il a cité, outre la commune de Mont Ngafula où est situé le marché de Matadi Kibala, les municipalités de Bandalungwa et de Kimbanseke, au-delà de la route Mokali où des personnes ont construit sous la ligne, a côté des pylônes.

Il a saisi l’occasion pour lancer une sonnette d’alarme à l’endroit des habitations voisines des stations d’essence et dans les périmètres rapprochés des antennes des sociétés de télécommunications, avant de souligner qu’un danger guette les occupants qui sont exposés à des émissions de gaz qui sont nocifs.

S’agissant des funérailles des personnes tuées au marché de Matadi Kibala par électrocution, le gouvernement a annoncé leur organisation ce vendredi au Stade vélodrome dans la commune de Kintambo.

ACP/Kayu/ODM/RNL/FMB/NKV/SGB/MMC/TKM