Nécessité d’accélérer les perspectives encourageantes de la croissance économique en RDC

0
286

Kinshasa, 21 mars 2022 (ACP).- Le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI) en RDC, Gabriel Leost a encouragé la RDC à accélérer en 2022 ,les perspectives encourageantes de la croissance économique réalisée en 2021.

Le représentant du FMI l’a dit lors d’une conférence-débat organisée le week-end par  la faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) en collaboration avec le FMI dans l’auditoire Monekosso à l’UNIKIN.

Ce rebond de la croissance en 2021 a-t-il dit, se justifie par une croissance réelle du PIB de 3,9 pourcent contre 1,7 en 2020 et 1 pourcent en 2019,qui devra se poursuivre pour relever les défis en termes de l’amélioration des conditions de vie de la population congolaise.

Il a évoqué l’amélioration des comptes extérieurs notamment les exportations minières, les recettes budgétaires en PIB.

Gabriel Leost, avait indiqué que les objectifs du programme de gouvernement que cette institution internationale soutient, visent à maintenir la stabilité macroéconomique en favorisant la croissance durable et inclusive pour réduire la pauvreté.

Il est également question d’augmenter l’espace budgétaire en mobilisant les recettes et maîtrisant les dépenses, d’améliorer le cadre politique monétaire et de développement de secteur financier ainsi que de renforcer la gouvernance et la lutte contre la corruption.

Domaines d’intervention de FMI en RDC

Dans les domaines d’intervention de FMI en RDC, il a souligné l’appui à apporter aux autorités pour renforcer et moderniser la politique monétaire et les cadres de réglementation et de surveillance afin maintenir l’inflation à un niveau modéré et stable.

Il y a aussi le renforcement de la stabilité du secteur financier et de favoriser l’inclusion financière.

L’intervenant a fait état de montée des risques à prendre en compte dans ces perspectives de la croissance économique, à savoir :les conflits Russie-Ukraine, la  vulnérabilité aux variations des termes d’échanges et le risque d’inflation notamment compact des prix.

Domaines d’intérêt

Par ailleurs, le représentant résident de FMI, Gabriel Leost, a mis en exergue certains domaines d’intérêt auxquels la RDC a un rôle à jouer dans lesdits domaines. Il s’agit des domaines d’emplois et croissance inclusive, des femmes dans l’économie, la protection sociale, les changements climatiques, la gouvernance et les technologies financières.

Il a aussi signifié l’importance de capacités des prêts de FMI, comprise dans la concession alité, conditionnalité et le catalyseur. Le FMI, a-t-il indiqué, n’a pas vocation de financer définitivement les pays membres mais intervient dans un programme défini en attendant d’autres investissements nationaux et étrangers.

1,45 milliard de dollars

Par le représentant de FMI a rappelé que dans le cadre d’allocation générale pour tous les pays membres de cette institution internationale, pour la résilience et la relance post- COVID -19 , la RDC a reçu 1,45 milliard de dollars en aoùt 2021.

Cette allocation a été octroyée en plus des financements au titre du programme du gouvernement congolais soutenu par FMI, a-t-il précisé. L’utilisation a été décidée par le gouvernement avant de féliciter les différents résultats obtenus dans l’ensemble du programme.

Le recteur de L’UNIKIN le Pr Jean-Marie Kayembe et le doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’UNIKIN, le Pr Émile Ngoy Kasongo également DG de l’Institut supérieur de commerce de Kinshasa, sont aussi intervenus lors de cette conférence-débat entre les étudiants de cette faculté et le représentant du FMI. ACP/Kayu/CKM/JFM/KAF/MMC