La RDC dresse une cartographie des institutions et acteurs actifs dans le paysage de Yangambi

0
185

Kinshasa 23 Mars 2022 ( ACP)- les participants à la réunion d’information et de concertation des partenaires sur le projet «Faire de la Réserve de Biosphère de Yangambi en un pôle scientifique sur le climat et la biodiversité » ont dressé une cartographie des institutions et des acteurs actifs dans le paysage de Yangambi pour la mise en œuvre du projet ainsi que la protection et la promotion des économies vertes devant appuyer les populations locales.

Ces résolutions ont été prises mercredi à Kinshasa lors de la clôture des travaux de cette rencontre entre partenaires gouvernementales et internationales concerné dans le projet.

Les participants à ses assises sont résolus d’identifier les synergies d’actions à mettre en œuvre pour les services étatiques et les communautés locales en  proposant des alternatives efficaces pouvant permettre à ces derniers de vivre sans dépendre des ressources de biosphère de la forêt de Yangambi.

L’administrateur du territoire d’Isangi dans la province de la Tshopo, Joseph Mimbenga- Masili, a salué la tenue de cette réunion qui va permettre à la RDC, pays solution aux changements climatiques, de mesurer la quantité de carbone que renferme la  réserve biosphère incontournable de Yangambi.

Il a salué l’engagement et l’implication de chacun des partenaires de ce projet pour sa mise en œuvre, tout en mettant l’accent sur la matérialisation du cahier des charges des autochtones à qu’il a invité   à préserver cette forêt, et à ne pas lui mettre trop de pression afin d’éviter plusieurs lacunes dans les jours à venir.

De son côté, M. Jado Kasongo , chef de secteur sciences exactes au Bureau de l’UNESCO en RDC, a déclaré que ce projet consiste à renforcer la capacité de fonctionnement de l’institution et sécurité la gouvernance, dans la mesure où il va  rendre cette réserve comme un pôle de référence scientifique sur le climat et la biodiversité avec le partenariat de l’ INERA qui constitue une principale institutions de recherche en RDC ayant pour mission des recherches sur les réserves biologiques dans le but de promouvoir le développement de l’agriculture.

Il a ajouté que l’INERA a  reçu mission à travers ce projet, d’améliorer la connaissance  des principales réformes forestiers et d’élaborer une politique forestière nationale  dont le but final est l’établissement de base de subricoles tropicales et l’élaboration d’une doctrine forestière de la RDC dans l’utilisation des réserves de Yangambi et de Luki. ACP/Kayu/OB