L’apport de la femme congolaise dans la lutte contre les changements climatiques

0
266

  « Par Richard KINZAMBI et Marie Nicole OTSHUDI »

Le changement climatique demeure à ce jour l’un des plus grands défis que l’humanité n’a jamais connus. Ses effets varient selon les pays, les générations, les classes sociales et le sexe. Une étude récente du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) publiée sous le label de l’ONU rapporte que les femmes, principalement celles vivant  dans les pays en développement constituent la tranche de la population la plus concernée par les changements climatiques.

L’étude a démontré qu’elles sont victimes de ce fléau. Face à la situation, un appel pressant a été lancé à l’endroit des décideurs pour concevoir des stratégies efficaces destinées à impliquer la femme dans ce phénomène qui prend de l’ampleur du jour au lendemain.

Pour expliquer cet état des choses, ces  experts rappellent que cette responsabilité est due au fait  que ce sont les femmes qui portent le fardeau des activités familiales comme l’approvisionnement en eau et la collecte de combustible pour la cuisson des aliments, bref la sécurité alimentaire.

Dans la perspective de trouver des solutions idoines et durables, la communauté internationale multiplie des initiatives en  regroupant les acteurs de tous les domaines. C’est dans ce contexte qu’à l’instar de la Conférence des parties (COP) qui se tient annuellement, des experts provenant de différents pays du monde échangent, dans  des ateliers et des forums, pour approfondir la question. Des experts des pays pollueurs et des nations polluées  se rejettent souvent la balle car, personne ne veut assumer la responsabilité.

La femme congolaise et sa responsabilité dans la lutte En RDC, le gouvernement a mis en place une politique volontariste et des stratégies qui veulent que la femme soit la principale actrice dans la lutte contre les changements climatiques. Il estime qu’elle
peut y parvenir car elle dispose des atouts innés notamment la compétence, l’expertise et un savoir faire pour accomplir cette tache. A ce sujet, la ministre du Genre, famille et enfant Gisèle Ndaya Luseba intervenant à la 66ième commission sur la condition de la femme, à la tribune des Nations Unies  à New York a déclaré : « Le gouvernement se dispose à jouer  pleinement son rôle de ‘’pays solution’’ à la crise climatique ».

Elle a cité les mécanismes  et projets que   la RDC a initiés dans cette matière. Il a particulièrement  rappelé  la stratégie nationale de l’intégration du genre dans les politiques et programmes de lutte contre le changement climatique.

De nombreux experts reconnaissent cette responsabilité et pensent, à titre de solution, à placer les femmes au cœur des opérations liées à la lutte contre le changement climatique afin qu’elles intériorisent la démarche à mener.

C’est le cas de la chargée de programme à la Coalition des femmes pour l’environnement et le développement durable (CFLEDD), Chouchouna Losala qui a plaidé, à l’occasion de la tenue de la Foire des femmes des médias, le 09 mars dernier à Kinshasa « qu’il faut mettre la femme au cœur de la lutte contre le changement climatique parce qu’elle est capable de s’adapter d’une manière intelligente ».

 Elle a ajouté : « Le gouvernement doit  soutenir les femmes d’une manière où d’une autre notamment en sensibilisant la population, en appuyant les structures locales environnementales dirigées  par les femmes et celles qui sont engagées dans la lutte contre le changement climatique. Pour sa part, Ida Mangala, experte des questions climatiques soutient que l’apport des femmes dans lutte contre les changements climatiques est nécessaire. Elle a fait quelques recommandations, notamment celle de renforcer la résilience et les capacités d’adaptation des femmes face aux aléas climatiques  et aux catastrophes liés au climat».

La RDC est en mesure de relever le défi. En effet, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a rassuré, lors de la tenue de la 26ème Conférence des Parties (CP 26) à Glasgow au Royaume Uni  que : « la RDC est un pays solution »  du fait de sa capacité à générer des énergies renouvelables. Elle est dotée d’une richesse florale, faunique et hydrographique suffisante pour servir l’humanité, à coté de forêt amazonienne, en Amérique Latine.

ACP/Kayu/RNL/CFM/NiG/SGB/MMC/TKM