Denise Nyakeru Tshisekedi et Margaret Kenyatta déterminées à réduire la mortalité maternelle et infantile en Afrique

0
532

Nairobi, 09 avril 2022  (ACP)- Les premières dames de la RDC, Denise Nyakeru Tshisekedi, et du Kenya, Margaret Kenyatta, se sont engagées à mutualiser leurs efforts en vue de réduire le taux de mortalité maternelle et infantile.

C’est ce qui ressort de l’entretien qu’ont eu les épouses des Présidents Félix Antoine Tshisekedi et Uhuru Kenyatta, vendredi à Nairobi la capitale kenyane.

Des sources proches de la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi (FDNT) indiquent que, la première dame de la RDC, présidente de cette fondation qui porte son nom, et son homologue du Kenya ont évoqué des questions de santé publique liées notamment à la prise en charge de la fistule obstétricale qui permettra de minimiser tant soit peu, les décès des femmes pendant l’accouchement, avant de consentir de travailler ensemble, dans le cadre d’une collaboration entre les structures qu’elles dirigent, pour apporter de l’aide aux femmes et à leurs enfants.

Elles ont parlé également de l’autonomisation de la femme et de l’appui au système éducatif de leurs pays respectifs.

Mme Denise Nyakeru Tshisekedi séjourne à Nairobi où elle a accompagné le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans la capitale kenyane pour signer  le traité d’adhésion de la RDC à la Communauté de l’Afrique de l’Est, à l’occasion du 9ème sommet extraordinaire des Chefs d’Etat de cette organisation.

L’épouse du Chef de l’État congolais a manifesté un intérêt particulier à l’Asbl « Beyond zero », une initiative de Mme Margaret Kenyatta, dont l’un des objectifs est d’appuyer les actions du gouvernement du Kenya dans la lutte pour la réduction de la mortalité maternelle et infantile, et de transmission de mère à l’enfant des maladies virales telles que le VIH et la syphilis.

A l’instar de Denise Nyakeru Tshisekedi, qui contribue à la formation d’une nouvelle élite congolaise à travers la bourse « Excellentia » au profit des jeunes diplômés, la Première Dame du Kenya est aussi promotrice de « Margaret Kenyatta Institute for Gender and Social Development » (Institut Margaret Kenyatta pour le genre et le développement social), créé au sein de l’Ecole d’administration publique du Kenya pour promouvoir l’égalité des sexes et le développement social de la jeunesse kenyane. ACP/ RNL/Lys/SGB