La loi électorale ne peut être discutée en dehors du Parlement, selon les députés de l’Union Sacrée de la Nation

0
208

Kinshasa, 17 avril 2022 (ACP).- La loi électorale ne peut être discutée en dehors du Parlement, ont indiqué les députés nationaux membres des bureaux des groupes parlementaires de l’Union Sacrée de la Nation, dans une déclaration, lue samedi, devant la presse au Palais du peuple, par le porte parole de l’USN,  le député national Matadi Nenga.

Selon lui, les groupes parlementaires de l’Union Sacrée de la Nation  réagissaient à la prise de position des députés de la plate forme politique  ‘Front commun pour le Congo ‘ (FCC), qui a exigé un dialogue en dehors du Parlement.

Fustigeant l’attitude du FCC du refus de participer au débat et à l’adoption de la loi électorale, les députés nationaux de l’USN ont, dans cette déclaration, soutenu qu’ils s’inscrivent dans le schéma constitutionnel et ne peuvent donc pas, ont-ils ajouté, compromettre les valeurs démocratiques pour lesquelles ils se sont battus et pour lesquelles ils se sont séparés du FCC.

L’Union Sacrée de la Nation, a fait savoir le porte parole des députés nationaux de l’USN,  réaffirme son engagement ainsi que la détermination du Président de la République Félix Tshisekedi, pour l’organisation des élections crédibles, inclusives, transparentes, apaisées et conformes à la constitution et aux lois de la République, que le pays n’a jamais connues en trois cycles des élections.

« Il y a lieu de relever que la loi électorale actuellement en vigueur est un héritage du FCC seul  alors que la proposition de sa modification actuellement en discussion à l’Assemblée nationale n’est pas l’œuvre de l’Union Sacrée de la Nation mais plutôt celle de l’opposition à l’époque où le FCC et le CASH étaient en coalition »,  affirment, dans cette communication,  les groupes parlementaires de l’USN, tout en appelant le FCC au respect des principes démocratiques.

Pour les élus  nationaux de l’USN, le président de  l’Assemblée nationale a indiqué, lors de la plénière de jeudi 14 avril 2022 consacrée à la présentation de la proposition de modification de la loi électorale, qu’il suspendait le débat pour un délai d’une semaine afin de permettre les discussions entre les groupes parlementaires de la Majorité et de l’opposition en vue d’aboutir à un consensus. ACP/CL/Lys/KAF