Mise en place bientôt d’un cadre de concertation IGF – syndicats du secteur public

0
253

Kinshasa, 19 mai 2022 (ACP).- Le chef de service de l’Inspection générale des finances (IGF), Jules Alingete, a annoncé la mise en place dans les tout prochains jours, d’un cadre de concertation IGF – syndicats du secteur public, au cours de la 6ème journée d’échange citoyen au bénéfice des différentes couches de la société, organisée jeudi, à l’amphithéâtre Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de l’IGF.

Jules Alingete a, à cette occasion, invité  tous les syndicats de l’administration publique à dénoncer tout détournement des deniers publics pour l’intérêt de la nation, étant donné qu’il y a convergence d’objectifs entre l’IGF et les syndicats, en termes d’amélioration de la gestion publique pour le bien-être des agents de carrière des services publics de l’État ainsi que des salariés.

Ces échanges, qui ont débuté depuis 6 mois, ont  pour objectif de conscientiser tous les délégués syndicaux à bannir les antivaleurs et à  s’impliquer dans la surveillance de la gestion  financière aussi bien de l’État que des entreprises, établissements et services publics, pour le bien-être de leurs syndiqués.

Le thème de cette journée est : « Comprendre la lutte contre le détournement et la prédation financière déclenchée par le Chef de l’Etat ».

L’UCACT déterminée à accompagner l’IGF dans la lutte contre le détournement des deniers publics

Le président national de l’Union des cadres et agents de carrière de la territoriale (UCACT), David Delors Luyeye, a dans une interview, à l’issue de cet échange,  indiqué  que son syndicat est déterminé à accompagner l’Inspection générale des finances (IGF) dans la lutte contre la prédation financière et le détournement des deniers publics.

« L’IGF a appelé tous les syndicats à s’associer dans la lutte contre le détournement des deniers publics et  à dénoncer tout détournement pour l’intérêt de la nation », a-t-il souligné, précisant que l’IGF a associé les syndicats de l’administration publique parce qu’ils sont les représentants valables et réels des agents et fonctionnaires de l’État.

Au niveau de la gestion publique, a-t-il ajouté, il n’y a pas seulement les politiques mais il y a aussi l’administration.

De leur côté, a-t-il relevé, les syndicats ont demandé à l’IGF de  les protéger, parce que  les membres des syndicats sont eux-mêmes, des agents de l’État.

ACP/Lys