Rencontre pour renforcer la parité aux prochaines élections

0
61

Kinshasa, 25 mai 2022 (ACP).- Des organisations de la société civile composées des défenseuses des droits des femmes et des personnes vivant avec handicap ainsi que des actrices et acteurs politiques ont récemment échange’ à Kinshasa autour des voies et moyens susceptibles de faciliter la prise en compte de la parité lors des prochains scrutins, indique un document de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) parvenu mercredi à l’ACP.

Au cours de cette réunion initiée par la CENI, les participants ont procéder  d’abord par faire un état des lieux de la situation avant de fixer des nouvelles stratégies.

Pour Joséphine Ngalula, membre de la plénière, représentant le président de la CENI, la promulgation de la Constitution de la RDC en 2006, caractérise une nouvelle ère sur la promotion de l’égalité des sexes à différents niveaux des sphères décisionnelles, à travers son article 14 qui consacre la parité homme-femme et prévoit la démarche pour son effectivité.

Le plus grand obstacle pour atteindre cette parité demeure l’article 13 de la loi électorale à cause de son ambigüité  au niveau de son alinéa 3 qui ne rend pas contraignantes les listes électorales non paritaires, a-t-elle relevé, soulignant que cet atelier se  tient en guise de la mise en œuvre de la feuille de route (cycle électoral 2021-2027) de la loi électorale, un des outils essentiels pour le travail de la CENI.

En tant qu’experte et partenaire, Catherine Odimba, chargée des programmes au sein de l’ONU-Femmes RDC a, en sa qualité d’experte et de partenaire, exposé sur les leçons apprises sur des plaidoyers déjà menés dans le pays de 2006 à 2022, en matière de la prise en compte du genre dans les réformes électorales, insistant sur le ciblage étant donné qu’il est important d’adapter son plaidoyer notamment au type de cible à laquelle il est destiné aussi bien qu’à l’identité de ceux qui le portent.

Agir en tant que mouvement féminin, « nous nous sommes rendus compte que dès lors que les femmes agissent ensemble, il y a plus de résultats plutôt que quand elles décident d’agir en tant qu’organisation. Il faut que ce combat soit collectif », a-t-elle martelé.

Ces travaux scindés en trois différents panels, ont été un moment d’intenses discussions, et à l’issue de la journée, les participants sont parvenus à élaborer de nouvelles stratégies pour les réformes électorales visant la représentation paritaire des femmes dans les listes électorales, avant de planifier des actions communes pour les prochains jours, conclu la source. ACP/Kayu/OB/KJI/KMT/CDN