La pénurie de mazout à la base de la perturbation du transport en commun à Kinshasa 

0
240

Kinshasa, 30 mai 2022 (ACP).- La pénurie de mazout à la pompe, dans différentes stations-services de la ville de Kinshasa, constitue la principale cause de la perturbation depuis quelques jours du transport en commun, sur plusieurs artères de la capitale, ont affirmé lundi des  conducteurs automobiles et des usagers de taxi, taxi bus et taxi motos.

Ces usagers ont affirmé qu’ils éprouvent depuis un temps des difficultés pour  circuler, notamment au travail, à l’école, à l’université, etc suite à la rareté de véhicules de transport en commun, dénonçant également un manque d’humanisme de la part des chauffeurs  taxi qui se donnent à la spéculation des prix de transport et  à l’émiettement des trajets, mieux connu sous l’appellation de phénomène « Demi terrain »

Dans les stations de  service, l’on aperçoit de  longues queues de véhicules qui attendent de s’approvisionner en mazout, particulièrement les minibus qui desservent les lignes de transport en commun,  rendant ainsi le déplacement des Kinois difficile.

D’après certains conducteurs, les sociétés pétrolières fixent une quantité maximale de mazout que le client peut se procurer, ceci, dans le souci de servir tout le monde et cela engendre la rareté des transports en commun.

« Il est devenu très difficile de s’approvisionner en mazout dans les différentes stations-services, nous perdons des journées entières, se qui nous empêche de bien travailler » a laisser entendre M. Archange Mabosa Ngongala, chauffeur de Taxi bus sur la ligne Rond-point Ngaba- Kasaï-zando.

Venté limitée des produits pétroliers dans les stations de services

Par ailleurs, face à cette  crise de carburant, certaines stations-service  vendent les produits pétroliers, en fixant un plafond à ne pas franchir, sous pretextes  de suivre les nouvelles directives des autorités étatiques. Ce qui justifie, les longues files d’attente des véhicules et leur rarété sur les artères.  « Pour le moment, le demi-terrain demeure la seule solution susceptible de nous éviter de parcourir à  une longue distance à pied », a indiqué le Chauffeur Didier Nsimba.

Les usagers de transport en commun plaident pour que l’autorité urbaine mobile, se lance, en compagnie de la Police, dans la traque des  conducteurs qui dérapent dans la spéculation des pris de transport.

C’est le cas de  ceux qui  opèrent sur les lignes Masina-Gare centrale, «Lemba-Vcitoire, «Lemba Poste » qui fixent la course à partir de 2000 FC.

ACP/Kayu/OB/CKM/JFM/SGB/MMC/KAF/CDN