L’agression que connaît la RDC empêche d’aspirer à un travail décent, selon Claudine Ndusi

0
153
The aggression in the DRC prevents aspiring to decent work, according to Claudine Ndusi

Genève, 06 juin 2022 (ACP).- L’agression dont fait l’objet la République démocratique du Congo (RDC) empêche les travailleurs d’aspirer à un travail décent, a indiqué la ministre de l’Emploi, travail et prévoyance sociale (ETPS), Claudine Ndusi M’Kembe, au cours de son adresse à la 110ème  Conférence internationale du travail (CIT) à Genève en Suisse.

Selon Claudine Ndusi, l’insécurité créée par les groupes armés entraîne le déplacement de plusieurs travailleurs  ainsi que la perte de beaucoup d’emplois avec des conséquences néfastes sur l’économie congolaise. «  Il n’est pas possible de travailler sans la paix. L’insécurité créée par des groupes terroristes en RDC pose plusieurs problèmes, entre autres le déplacement de la population, la perte d’emploi mais aussi réduit l’espoir de se trouver un travail décent », a souligné la ministre de l’ETPS.

Le travail décent, une priorité pour la RDC

Par ailleurs, Claudine Ndusi a affirmé que la RDC a fait du travail décent un de ses objectifs prioritaires en signant en novembre 2021, un mémorandum d’entente formalisant le cadre de collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et qui soutient la mise en œuvre de l’agenda du travail décent « le Programme pays travail décent 2021-2024 ».

En décembre 2021, a-t-elle dit, la RDC a validé son Plan stratégique sur la couverture santé universelle. Ces deux programmes témoignent de la volonté du gouvernement et la vision partagée par toutes les parties prenantes à placer l’homme et l’emploi au centre de la politique macroéconomique pour la réduction de la pauvreté, du chômage et du sous-emploi, en vue de l’atteinte des objectifs de développement durable.

« Nous venons aussi d’actualiser la liste des maladies professionnelles et de valider les différentes mesures d’application de la loi portant sur les principes fondamentaux de la mutualité. Le Président de la RDC s’engage à soutenir les efforts de l’OIT pour assurer une bonne coordination des interventions en ce moment de crise où les efforts de chaque Etat membre sont nécessaires pour réduire les dommages économiques et sociaux,  sauver des vies et protéger l’emploi et le revenu », a renchéri Claudine Ndusi, avant de remercier le Directeur général du BIT, et à travers lui, toute son équipe, pour l’appui et les encouragements constants qui ont contribué aux avancées que connaît la RDC.

L’OIT pour la défense de la cause du travail décent

La ministre Claudine Ndusi a, à cette occasion, soutenu que la tenue de la 110ème  CIT démontre le rôle stratégique de l’OIT dans la défense de la cause du travail décent.

Selon la ministre de l’ETPS, le Chef de l’État congolais  partage les préoccupations de l’OIT au sujet des conséquences sociales de la crise sur l’emploi, la protection sociale et la pauvreté qui ont été désastreuses, et soutient ses efforts pour y remédier. « Je salue le parcours de M. Guy Ryder, président de la CIT, qui a permis de faire du Travail décent, le fil conducteur des activités politiques et techniques de l’OIT, ainsi que le Directeur général du BIT, et à travers lui, toute son équipe, pour l’appui et les encouragements constants qui ont contribué aux avancées que connaît la RDC », a-t-elle dit.

La CIT se tient du 27 mai au 11 juin  2022. La ministre de l’ETPS est accompagnée dans ces assises par une délégation composée du ban syndical, du ban des employeurs ainsi que du gouvernement.

ACP/