Equateur : les journalistes de Mbandaka briefés sur la communication des risques sur la maladie à virus Ebola

0
253

Mbandaka, 13 juin 2022(ACP).- Les journalistes de la ville de Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur ont suivi un briefing le week-end sur la communication des risques sur la maladie à virus Ebola (MVE).

Pour ce faire, quatres intervenants se sont succédé au cours de cet atelier de renforcement des capacités des professionnels des médias de cette ville, en raison de deux par entreprise de presse.

D’entre de jeux, M. Jean Bakandi, chef de division provinciale de la communication et médias a solennellement invité les participants à l’assiduité et à l’attention soutenue dans le but de mieux informer la communauté au sujet de ce fléau qui sévit pour la quatorzième fois en RD Congo et la troisième fois dans la province de l’Equateur.

La première intervention du Dr Jean-Paul Ndakakanu a été axée sur «  travailler avec les médias dans la riposte» Cela en vue de résoudre, à en croire ce professionnel de santé, les grands problèmes qui se posent dans la communauté. Par ailleurs, a-t-il expliqué, l’intérêt de collaborer avec les médias se justifie par le fait qu’ils constituent un moyen rapide dans la riposte, la source la plus crédible de l’information, voire un relais entre les services de santé et le public.

Mme Huguette Muluhirwa, infodémie manager à l’organisation mondiale de la santé (OMS), a, de sa part, parlé sur la « gestion de l’infodémie »

A ce niveau, elle a montré comment la communauté peut lutter contre les fausses informations au cours de l’épidémie.

Le troisième intervenant, M. Roger Ntendele, agent au sein de la direction provinciale de la santé (DPS)/Equateur, s’est évertué sur ce que l’on appelle «  la communication des risques et d’engagement communautaire (CREC) ».

Sur ce, il a rappelé les principes d’une bonne communication en temps de l’épidémie, disant sans ambages que «  la confiance est l’élément moteur de la communication. Lorsqu’on communique bien, on engage la communauté. Car le but de la communication c’est pour restaurer la confiance ».

M. Ntendele a également avancé qu’il faut un engagement communautaire pour combattre les risques inhérents à l’épidémie de la MVE. D’ailleurs, depuis la déclaration officielle de la MVE, soit le 23 avril 2022, sur 666 échantillons analysés, nous pouvons retenir qu’il existe 4 cas positifs et 1 cas probable, s’il faut noter en termes de statistiques sanitaires du fléau dans la ville de Mbandaka.

La quatrième et la dernière intervenante, Mme Modestine chargé de la communication à l’UNICEF-Equateur a annoncé que dans le cadre de la sensibilisation de la population sur les mesures barrières liées à cette épidémie , cette organisation des nations unies pour l’enfance a déjà signé un contrat de partenariat de deux mois avec 17 radios de la place.

Du  reste, tous les journalistes présents à cet atelier n’ont pas manqué de montrer leur satisfaction à l’issue de cette rencontre que d’aucuns qualifient de stratégique. En conséquence, ils ont remercié formellement l’organisateur, à savoir l’OMS ne serait-ce que sur les plans technique et financier. ACP/Kayu/CKM/JFM/SGB/MMC/CDN/MOP/HBB