Plaidoyer pour l’insertion de l’écriture Afrika comme patrimoine culturel mondial de l’UNESCO

0
203

Kinshasa, 21 juin 2022 (ACP).- Le chercheur associé au Centre des recherches en épistémologie des sciences sociales et humaines de la faculté des lettres et sciences humaines à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) et inventeur de l’écriture « Afrika », David Mboko a plaidé mardi pour l’insertion de ladite écriture comme patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, lors d’un entretien avec l’ACP.

Selon lui, cette écriture se veut être un symbole de l’unité culturelle d’Afrique subsaharienne en général, et de l’écriture nationale en particulier, aux côtés de quatre langues nationales congolaises, à savoir: le Kikongo, le Lingala, le Tshiluba et le Swahili.

M. Mboko a fait savoir que cette écriture a été créée à Kinshasa, le 2 février 2010 et constitue une dérivée du syllabaire « Mandombe », affirmant que cette dernière est une écriture congolaise alphabétique à vocation africaine, ayant 25 lettres dont 20 consonnes et 5 voyelles.

Pour cet inventeur, l’écriture « Afrika » s’écrit de gauche à droite et elle est destinée à transcrire les langues africaines en général et congolaises en particulier.

« Depuis l’année 2011, soit une année après son invention, l’écriture Afrika fait l’objet de plusieurs réflexions scientifiques et littéraires en RDC comme à l’étranger », a-t-il dit

M. Mboko a, à cet effet, cité notamment la sortie la même année d’un manuel de son apprentissage intitulé « L’écriture Afrika–une nouvelle invention » publiée en France aux éditions «Edilivre–à Paris», une vingtaine de conférences animées quant à ce, dont la première tenue à l’UNIKIN en 2012, par le Pr Célestin Musao Kalombo, chef de département des Sciences politiques et administratives, ainsi qu’un concours artistique de peinture à Kinshasa autour de cette même invention congolaise. ACP/Zng/ODM/THD/NMM/HBB