Ituri : le ras-le-bol des habitants de Bunia par rapport au non-respect de la structure de prix fixée par le ministère de l’Economie

0
72

Bunia, 30 juin 2022 (ACP).- Les habitants de la ville de Bunia ont exprimé mercredi leur ras-le-bol par rapport au non-respect par certains opérateurs économiques  de la structure de prix fixée par le ministère de l’économie sur les produits de première nécessité.

D’après eux,  il est incompréhensible de voir ces opérateurs économiques fouler aux pieds cette mesure prise par le gouvernement de la République à travers son ministère de l’Economie, pendant que plusieurs axes routiers, notamment RN27, Bunia-Kasenyi et d’autres sont fraîchement réhabilités et que l’accalmie s’observe actuellement dans les localités jadis le théâtre de l’activisme de groupes armés grâce aux efforts consentis par les forces de sécurité et de défense.

Dans le but de matérialiser cette mesure du gouvernement central qui vise à atténuer la souffrance de la population de l’Ituri déjà meurtrie par la crise sécuritaire, ils ont demandé à la division provinciale de l’économie de bien jouer son rôle celui de mieux faire respecter les décisions de son ministère de tutelle.

Le secrétaire de la Fédération des entreprises du Congo (FEC)/Bunia, Benjamin Berocan a attribué cette flambée de prix des produits de première nécessité à plusieurs facteurs, entre autres la présence, selon lui, de quarante (40) barrières illégales sur la RN27 et sur le tronçon Bunia-Kasenyi, où il se trouverait douze (12) barrières illégales et la multiplication de taxes.

A titre illustratif, un bidon d’huile végétale de 20 litres se négocie aujourd’hui à 46 USD tantôt à 47 USD au lieu de 41 USD, Un sac de Farine fromat de 25 Kg qui se vendait à 21 USD revient à 24 USD, un sac de sucre s’achète à 47 USD au lieu de 42 USD, un sac de Semoule de 25 Kg passe de 15 USD à 23 USD, un sac de riz de 25 kg revient à 32 USD au lieu de 25 USD, un carton de savon Bleu qui se vendait à 21 USD passe à 27 USD.

Par contre,  il y a une légère baisse pour les prix des  haricots  dont 10kg se négocient à 20000 FC, voir même 18000 FC plutôt qu’à 35.000 FC il y a peu. Même décor pour les produits stratégique, en l’occurrence le carburant avec un litre à la pompe qui se vend à 3100 FC voir même 3200 FC et 3500 FC sur certaines stations-service au lieu de 4.000 FC il y a quelques jours. ACP/Zng/RNL/OB/JLL/CDN