Le ministre du Tourisme promet d’embaucher les trois premières lauréates de « Miss indépendance 2022 »

0
145

Kinshasa, 3 juillet 2022 (ACP).-Le ministre du Tourisme, Modero Nsimba Matondo, a, dans son allocution de clôture du concours d’élection de « Miss indépendance 2022» qui s’est déroulée jeudi, à Kinshasa, à l’occasion de la célébration du 62ème anniversaire de l’ accession de la République démocratique du Congo (Rdc) à l’indépendance, pris l’engagement de donner de l’emploi, aux trois premières lauréates de cette compétition, au sein des services admis sous  sa tutelle.

Selon un communiqué de presse du ministère du Tourisme reçu samedi à l’Acp, au terme de l’élection, Mlle Carine Rusoke de la province de l’ituri, âgée de 24 (vingt-quatre), a été sacrée « Miss indépendance 2022 ». Sa beauté et son brillant test oral ont pesé pour le sacre de cette étudiante de 2e licence en économie à l’Université de Bunia. Elle a empoché 10 .000 (dix mille) Usd offerts par la fondation Widal. La lauréate a dédié son trophée sa province en proie à l’insécurité, tout en promettant d’investir, grâce au prix qu’elle a reçu, dans un projet social dans sa province d’origine.

La deuxième place est revenue à la province du Sud-Kivu, avec Mlle Ida Amani qui a gagné 3. 000 (trois mille) Usd, tandis que la troisième place est a été occupée par Mlle Dorcas Mbuyi qui a remporté 2. 000 (deux mille) Usd.

Le ministre Modero s’est dit satisfait de l’organisation de ce concours qui, a-t-il affirmé, porte haut les couleurs nationales et promeut la beauté ainsi que les compétences féminines Congolaises. « Ces trois lauréats seront embauchées au sein de l’Office national du tourisme (Ont) et au   Site touristique de la N’Sele (Stn). Le ministère du Tourisme leur offre un séjour de 2 (deux) semaines à Ledya Hôtel, à Matadi chef-lieu de la province du Kongo Central.

Le ministre Modero Nsimba prononçant son discours de clôture de l’élection « Miss indépendance 2022 »

De son côté, la directrice générale et initiatrice de la cérémonie Véronique Kashala, a donné la définition de ce concours qui se veut   une véritable vitrine de la promotion de la gente féminine, pour l’équité du genre et d’appui à l’autonomisation de la femme. Un cadre également pour   conscientiser la femme africaine sur le respect des valeurs traditionnelles entre autre, l’habillement et la coiffure, comme symbole de bravoure et de résilience.

A la fois festive, culturelle et militante pour l’équité du genre, miss indépendance Rdc, au-delà d’un simple concours de beauté, se veut, à travers ses activités, être un état d’esprit, un mouvement, une école de leadership féminin et un programme de valorisation culturelle. Les filles des 26 (vingt-six) provinces de la Rdc y ont participé, indique-t-on.

ACP/CL/Awa/KMT