Le marché des assurances en RDC est dynamique depuis la libéralisation du secteur, selon le directeur général Alain Kaninda

0
151

Kinshasa, 05 juillet 2022 (ACP).- Le Directeur général de l’Autorité de régulation et de contrôle des assurances (ARCA), Alain Kaninda, a affirmé, mardi, lors de la première conférence sur « l’état du marché des assurances en RDC, de 2019 à 2021 », que le marché des assurances en RDC connaît un dynamisme depuis la mise en application de la loi n° 15/005 du 17 mars 2015 portant Code des assurances.

Dans une présentation sur l’état dudit marché, Alain Kaninda a expliqué son évolution durant l’exercice 2019-2021 à travers les différentes missions confiées à l’ARCA, dont celles de veiller à la protection des droits des assurés et des bénéficiaires des contrats d’assurances, contrôler les entreprises d’assurances, de réassurances et les professions liées au secteur, ainsi que s’assurer du respect de la législation portant lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, etc.

Il a, par ailleurs, effectué un survol du secteur relevant, qu’à ce jour, celui-ci compte 39 opérateurs d’assurances répartis comme suit : les entreprises d’assurances (7), les entreprises de réassurances (2) et les intermédiaires d’assurances (30), avant de présenter les chiffres d’affaires réalisés durant les 5 dernières années.

L’ARCA s’aligne sur des perspectives rassurantes au regard des chiffres d’affaires réalisés car l’arsenal juridique actuel permet d’arrêter l’évasion des primes d’assurances afin que celles-ci contribuent au financement de  économie congolaise.

Il a relevé, en outre, que le cadre novateur instauré par la loi du 17 mars 2015 permet, d’une part, de s’assurer que les 6 assurances obligatoires soient respectées et souscrites en RDC et, d’autre part, d’effectuer un travail intensif de sensibilisation et de vulgarisation des assurances.

Soutenir l’ARCA dans la lutte contre l’évasion des primes

Par ailleurs, intervenant au nom du ministre des Finances, le directeur de cabinet, Bertin Mawaka, a noté que le gouvernement  entend, dans son programme de la lutte contre l’évasion des primes et ses mesures d’encadrement, accompagner l’ARCA dans sa stratégie de dissuasion pour pouvoir rapatrier les primes encore placées illégalement à l’étranger.

D’où, a-t-il exprimé ses encouragements à l’ARCA ainsi qu’aux services spécialisés listés ou pas dans le Code des assurances à mutualiser leurs forces afin de réduire sensiblement l’évasion des primes d’assurances et, par conséquent, l’évasion fiscale, le blanchiment, ainsi que la fuite des capitaux.

C’est pourquoi, il a lancé un appel à tous les opérateurs du secteur des assurances : l’ARCA, les sociétés d’assurances et réassurances, les intermédiaires d’assurances de travailler afin de développer ce marché pour qu’il atteigne le niveau réel de sa potentialité d’une part, et, d’autre part, que ce secteur reste un levier innovant pour le financement de l’économie nationale.

ACP/ODM/OB/Thd/CKM/NMM