Adoption de la feuille de route de la mise en œuvre des recommandations des états généraux de la communication

0
264

Kinshasa, 16 juil. 2022 (ACP).- Les membres du comité de suivi des recommandations des états généraux de la communication et médias,  tenus en mars dernier, ont au cours de leur quatrième session ordinaire du vendredi 15 juillet 2022 au centre catholique Nganda à Kinshasa, adopté la feuille de route en vue de la mise en œuvre de différentes recommandations issues desdits travaux, indique un communiqué du ministère de la Communication et médias.

Selon la source,  le comité de suivi des recommandations des états généraux de la communication et médias, par devoir de transparence dans l’enrichissement des lois et autres textes, a  abattu un travail professionnel pour un changement expressif du secteur médiatique.

« Cette feuille de route permet  la mise en application de toutes les recommandations. Je vous rappelle qu’il y en avait 80 à l’issue des états généraux. Elles ont été classées selon certaines rubriques. Elles ont été également retravaillées pour leur permettre d’être applicables. Avec cette feuille de route, nous avons balisé le chemin pour qu’à partir de maintenant, les recommandations commencent à être mises en application », a déclaré Adelard Obul’Okwess, l’un des rapporteurs de ce comité de suivi.

Et d’jouter: «  la feuille de route nous permet de suivre les priorités, par rapport aux gens qui doivent exécuter et les organismes qui vont intervenir dans la mise en œuvre de chacune de ces recommandations »

La grande question de la tenue imminente du congrès de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) a été également abordée au cours de cette quatrième session.

Un congrès qui va permettre à l’UNPC de redevenir cet organe d’autorégulation réformé et à l’issue duquel la suspension d’octroi des cartes de presse sera finalement levée.

« La carte a été suspendue provisoirement en attendant le congrès qui doit se tenir. Et, ce congrès aura lieu bientôt. Nous avons de bonnes nouvelles. Le ministre de la Communication et médias est en train de faire un travail pour que techniquement, nous ayons ces moyens à disposition et que l’UNPC organise ce congrès avec l’appui notamment du ministère », a déclaré Jean-Marie Kassamba, président de l’UNPC/Kinshasa et l’un des rapporteurs de ce comité.

Il en appelle, par ailleurs, à la sérénité des professionnels des médias afin qu’à l’issue de ces travaux, soit mis en place un nouveau statut.

« La carte qui sera remise en même temps, peut-être retirée sur base d’un critérium préalablement établi. Le comité préparatoire a été déjà arrêté. Nous avons déjà eu des réunions au niveau du comité national en même temps associant la ville de Kinshasa comme étant le miroir de la RDC. Le ministre recevra bientôt ce comité préparatoire. Le congrès concerne l’UNPC, donc elle doit jouer un rôle capital dans l’organisation de cela », a indiqué Jean-Marie Kassamba.

A cet effet, le secrétaire général de l’Union nationale de la presse du Congo, Jasbey Zegbia, a affirmé qu’il y avait déjà une première mouture sur la composition du comité préparatoire et qu’un travail d’ensemble avec le directoire national est en gestation pour une deuxième et dernière mouture qui sera incessamment rendue publique. Il a rassuré qu’il se réfère au statut existant pour la mise en place du comité et la réussite du congrès à venir.

Au cours de cette quatrième session ordinaire, il a également été abordé la question de la mise en place d’un Conseil national de la presse, l’une des recommandations issues des états généraux de la communication et médias afin d’épurer ce secteur.

« Vivement un conseil national de la presse parce que depuis des années, il s’observe une anarchie au sein de la presse. Il nous manque une instance qui soit l’autorité morale de cette profession. Et, je crois que le Conseil national de la presse pourrait justement jouer ce rôle-là. Ce n’est pas l’autorité morale au sens politicien congolais. L’autorité morale telle qu’elle, doit vraiment exister pour permettre à la profession de s’autoréguler », a déclaré Cyril Kileba, président de l’Association nationale des éditeurs du Congo (ANECO).

Après l’adoption de la feuille de route à l’issue des états généraux de la communication et médias, la mise en œuvre des recommandations est désormais attendue pour une presse rénovée, dynamique et transparente.

ACP/RNL/Cfm/GGK