Le gouvernement congolais condamne les actes de violence perpétrés contre la MONUSCO dans la ville de Goma

0
172

Goma, 25 juillet 2022 (ACP).- Le gouvernement congolais de la RDC a condamné lundi avec la dernière énergie les actes des manifestants perpétrés contre la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), dans la  ville de Goma au Nord-Kivu.

Sur son compte Twitter, le ministre de la communication et médias, porte-parole du gouvernement de la République Démocratique du Congo, Patrick Muyaya Katembwe a souligné que celui-ci  suit de près la situation de la ville de Goma consécutive à l’appel à manifester contre la MONUSCO.

Il a, par ailleurs, condamné toute forme d’attaque contre le personnel et les installations des Nations Unies. Tout en précisant que « les responsables de ces actes seront poursuivis et sévèrement sanctionnés ».

La marche contre la MONUSCO contenue par la Police Nationale Congolaise

 Par ailleurs, les éléments de la Police nationale congolaise appuyés par ceux des Forces armées de la RDC (FARDC), ont  dispersés lundi des jeunes de la ville de Goma qui manifestaient dans  des  artères principales de Goma pour exiger le départ de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO).

Dans tous leurs itinéraires, les manifestants ont été dispersés par les éléments de la Police nationale congolaise appuyés par ceux des Forces armées de la RDC (FARDC) qui, en plus des tirs de sommation en l’air, ont fait usage des bombes lacrymogènes.

Au niveau du quartier Katoyi, dans la commune de Karisimbi, une des entités très affectées par ces manifestations, les organisateurs interrogés font état des arrestations enregistrées parmi les manifestants qui tentaient de se sauver en catastrophe.

La PNC/Commissariat urbain de Goma a déployé ses éléments dans le coin le plus chaud de la ville pour contrecarrer toute éventuelle manifestation.

Dans le quartier commercial de la ville précisément à Birere, plusieurs boutiques, magasins et même des quincailleries n’ont pas ouvert leurs portes par crainte des pillages de la part des jeunes incontrôlés.

Quelques jeunes en colère ont attaqué la base de la MONUSCO, situé à côté du bureau de la circonscription des Affaires foncières de Goma. Ici ils ont pillé plusieurs biens de valeur comme ordinateurs, chaises et autres. Cet acte a été fermement condamné par le commandant ville de la PNC, le colonel Job Alisa Sambukera qui a pu arrêter certains des pillards appréhendés en flagrance qui avec ordinateurs, climatiseurs, chaises en plastics, etc.

La Base logistique de la Monusco fonctionnant dans la concession de la RVA n’a pas échappé à ces manifestants qui ont forcé le portail jusqu’à accéder à l’intérieur. En dépit de l’interposition des éléments de la Police, ces jeunes ont pu emporter quelques biens de valeur avant d’être contenus par les forces de l’ordre.

Le maire de la ville de Goma le commissaire supérieur principal François Kabeya Makosa avait, dans un communiqué rendu public la veille, interdit toute sorte des manifestations dans sa juridiction et appelé tous ses administrés à vaquer librement à leurs activités.

ACP/Kayu/OB/JFM/CDN