Ouverture d’un atelier sur le  renforcement des systèmes de protection de l’enfant en RDC

0
125

Kinshasa, 10 août 2022 (ACP).- Le ministre des Affaires sociales, actions humanitaires et solidarités nationales, Modeste Mutinga Mutuishayi a ouvert mardi, au Roméo golf dans la commune de la Gombe, un atelier de cadrage sur  le renforcement du système de protection de l’enfant en RDC.

Le ministre Mutinga a fait savoir, dans son mot, que  ce projet répond à l’ambition du gouvernement, de faire de la protection de l’enfant un creuset des initiatives et des participatives du développement social du Congo, basée sur les potentialités de chaque province.

Pour ce faire, il a relevé la nécessité de renforcer la bonne gouvernance et le pilotage de la politique de l’enfant par des ressources et des bonnes pratiques capables de rendre concrètes les exigences du suivi dudit projet.

« Nous ne réussirons pas à changer de système si nous ne changeons pas  de cap », a-t-il précisé.

A cet effet, il a émis les vœux de voir les enfants s’imprégner de leurs droits à travers cet atelier, avant de  féliciter les acteurs qui ont travaillé à l’élaboration de ce projet qui vise à assurer le bien-être des enfants et leur développement.

De son côté, le directeur général du Bureau international pour les droits des enfants, Martin Causin,  a indiqué que ce projet compte mobiliser trois nouveaux secteurs complémentaires pour son accompagnement, notamment les différentes associations de la société civile, l’enfant lui-même acteur de sa propre protection, et la poursuite du travail avec des nouveaux secteurs étatiques qui sont pris en compte par le précédent projet et les secteurs privés.

M Martin Causin a affirmé que l’ONG vise à travers ce projet la transformation de la société en transmettant un savoir-faire technique qui répond aux enjeux et attentes du secteur concerné, en tenant compte des contraintes contextuelles.

 Les ministères des Affaires sociales et de la Justice appelés à étendre ces formations

Par ailleurs, la cheffe de coopération et chargée de mission à l’ambassade de Canada, Mme Nancy J. Faster,  a invité les ministères des Affaires sociales et de la Justice à élargir ces formations dans l’ensemble du pays afin de permettre à d’autres recrues de la police d’en bénéficier.

De son côté, la représentante pays, cheffe du projet du Bureau international des droits des enfants (IBCR), Nadège Mbomi, avait rappelé que cet atelier se veut un cadre d’échanges entre les ministères qui travaillent en collaboration avec  l’IBCR en vue de définir les axes d’orientations et dénicher les besoins réels afin de permettre de poser les jalons nécessaires pour la   réussite du projet. Il fait suite au projet « Batela muana » qui a pris fin en 2020.

Cet atelier de cadrage prévu pour deux jours  est une initiative du Bureau international des droits des enfants (IBCR),  soutenue par « affaires mondiales canada » et connait la participation des huit ministères.  ACP/KHM/OB/NKV/HBB