Sud-Kivu : les manifestations anti MONUSCO est un ras-le-bol de la population, selon le président de l’ARCN

0
198

Uvira, 10 août 2022 (ACP).- Les manifestations anti MONUSCO en RDC est un ras-le-bol de la population, qui peut se comprendre, a déclaré le président national et autorité morale du parti Alliance pour la République et la conscience nationale (ARCN), Justin Bitakwira Bihonahayi, au cours d’un meeting qu’il a tenu mardi, à Uvira, au Sud-Kivu.

Justin Bitakwira Bihonahayi a, à cette occasion, demandé au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, de ne pas renouveler le mandat de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC  (MONUSCO) au mois de décembre prochain.

Pour lui, la MONUSCO doit demander pardon à la population congolaise. « La MONISCO est comparable à un médecin qui n’a pas pu guérir un patient de sa maladie malgré ses interventions pendant 22 ans », a-t-il dit, ajoutant que la séparation avec la elle ne doit pas se passer dans la douleur.

Il a noté qu’après le départ de la MONUSCO, la RDC peut tenter une autre expérience mais si sa présence s’avère  indispensable, le gouvernement pourra de nouveau faire appel à elle.

« Comme la MONUSCO est venue d’une bonne manière, elle doit aussi partir de cette même manière. Ça sera une élégance mutuelle entre la RDC et l’ONU » a-t-il affirmé, avant de laisser entendre qu’en attendant le mois de décembre, les casques bleus peuvent vaquer librement à leurs occupations jusqu’à ce qu’on trouve une solution  pour leur retrait.

Quant à la sécurité au pays, l’ancien patron du développement rural a prôné un consensus national au tour du Président de la République afin de trouver des réponses aux questions qui se posent face à la République, indiquant que le Chef de l’État doit être ouvert aux autres forces sociales comme politiques pour qu’ensemble, une solution définitive soit trouvée.

Son meeting, note-t-on, a porté sur quatre points notamment la question sécuritaire, la cohabitation pacifique et cohésion sociale dans le sud Sud-Kivu, les tracasseries routières sur la RN5 à l’entrée de la ville d’Uvira, ainsi que les manifestations contre la MONUSCO. ACP/KHM/OB/KJI/MIN