Académie des Beaux-arts: nécessité d’outiller les corps académique et scientifique pour l’appropriation du système LMD

0
202

Kinshasa, 11 août 2022 (ACP).- Le comité de gestion de l’Académie des Beaux-arts (ABA) veut, à travers la formation sur le système Licence-Master-Doctorat (LMD), amener les corps académique, scientifique et administratif à être outillés et à s’engager résolument dans l’appropriation de ce nouveau système, a déclaré jeudi son directeur général, le Pr Henri Kalama Akulez, lors de l’ouverture d’un atelier de formation de deux jours au sein dudit établissement public.

Le Pr Kalama a indiqué que la raison de l’organisation de cet atelier de formation animé par les experts de la Commission permanente des études (CPE), est d’aider les corps précités à mieux appréhender le système LMD.

En prélude à cette formation, a-t-il dit, les maquettes de nouveaux programmes de cours ont été élaborées à l’ABA, en repensant le système éducatif et en s’interrogeant  sur le type d’homme à former et ses capacités réelles à trouver des solutions aux problèmes de la société locale et universelle. Pour le directeur général de l’ABA, le LMD apporte un véritable changement de paradigme au niveau universitaire.

Dans la configuration actuelle, a-t-il souligné, nous devons désormais nous habituer à utiliser un lexique différent de celui qu’on utilisait autrefois. Ainsi, par exemple, les enseignements tels qu’organisés au sein de l’ABA, a expliqué le Pr Kalama, sont répartis dans deux filières d’études (et non plus deux sections), les arts plastiques et les arts graphiques, et chaque cours s’organise en Unités d’enseignement (UE) en se focalisant sur les compétences recherchées auprès des étudiants.

Le secrétaire permanent de la CPE, le Pr émérite Kabule Weva et le directeur à la CPE, Martin Makumba Nsaka, vont renforcer les capacités des enseignants de l’ABA sur le système LMD à travers les thématiques basées sur « les fondamentaux juridiques et pédagogiques du système LMD en RDC », « les innovations curriculaires selon le LMD », « le cadrage méthodologique », « l’évaluation des apprentissages » et « les modalités de contrôle des connaissances et des compétences ».

Ouverture d’une Ecole doctorale à l’ABA

Par ailleurs, le directeur général Henri Kalama Akulez a fait savoir que l’ABA, comme première institution artistique postuniversitaire, a été autorisée d’organiser l’Ecole doctorale par le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU).

Cette Ecole vise à favoriser la promotion des membres du corps scientifique des établissements : ABA, Institut supérieur des arts et métiers (ISAM)  et Institut national des arts (INA). Il sera question, selon lui, de donner une nouvelle impulsion à l’aspect recherche dans les arts. ACP/KHM/ODM