La société civile plaide pour l’implémentation des mécanismes de la justice transitionnelle en RDC

0
131

Kinshasa, 14 août 2022 (ACP). – Le coordonateur du Groupe de travail de la société civile sur la justice transitionnelle (GTJT), Me Louis D’or Kapitene, a exhorté le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, à mettre en place une coordination efficace pour la mise en œuvre des mécanismes de suivi de la justice transitionnelle, au cours d’un entretien samedi avec l’ACP. Selon Me Kapitene, sa plateforme a relevé cette nécessité lors de la conférence de presse  tenue jeudi à Kinshasa, à l’occasion des deux ans d’existence de l’engagement du Président de la République sur l’implémentation des mécanismes de la justice transitionnelle en RDC.

Le GTJT, a-t-il fait savoir, a aussi suggéré au Président Tshisekedi de doter des moyens aux organisations compétentes pour vulgariser ces mécanismes au sein de la population.

Louis D’or Kapitene soutient que la justice transitionnelle va contribuer à la paix, la cohabitation pacifique et la réconciliation, en s’appuyant sur les quatre piliers qui l’incarnent, à savoir la vérité, la justice, la réparation et la garantie de non récidive.

Lors de cette conférence de presse du GTJT, le représentant du Bureau conjoint de Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH), Bertin Ntumba, avait mis l’accent sur le rôle censé jouer la société civile dans la mise en œuvre de la justice transitionnelle, celui de concilier et réconcilier les partis en conflit.

« En matière de réparation, chaque pays a son histoire. La justice transitionnelle n’a pas de modèle. Chaque pays  a un mécanisme à appliquer », a-t-il dit, expliquant la justice transitionnelle selon la définition des Nations Unies, comme «  l’éventail complet des divers processus et mécanismes mis en œuvre par une société pour tenter de faire face à des exactions commises dans le passé, en vue d’en établir les responsabilités, rendre justice et permettre la réconciliation ».

Le GTJT, rappelle-t-on, est composée de plusieurs organisations de la société civile, notamment le Bureau d’études et des réflexions sur le bien-être des communautés (BRCO), le Conseil national de l’autorité transitionnelle et coutumière (COONATC), Basi Komoko, et le Clubs des amis des droits du Congo. ACP/OB/KJI