Ituri : la communauté des Walendu Bindi exhorte le gouvernement provincial à démanteler l’état-major de la milice FPIC

0
419

Bunia, 14 septembre 2022 (ACP).- La communauté des Walendu Bindi (Ngiti) a exhorté le gouvernement provincial de l’état de siège à démanteler l’état-major de la milice FPIC qui serait rapproché du quartier Lengabo situé à environ  3km du centre-ville de Bunia, dans une déclaration lue devant la presse, par le  président de cette communauté basée au sud du territoire d’Irumu,  Zédecias Angaika Mbado.

La communauté a formulé plusieurs recommandations à l’administration militaire entre autres de supprimer toutes les barrières illégales de la milice FPIC installées sur la RN27 sur le tronçon Lengabo-Komanda, d’assurer la protection des membres de la communauté des Walendu Bindi à Bunia et les  environs ainsi que de diligenter urgemment une enquête sur le terrain afin d’établir les responsabilités et sanctionner les coupables.

Au groupe armé FPIC,  la communauté des Walendu Bindi lui a demandé  de cesser immédiatement d’associer les civils Ngitis dans les conflits armés lui opposant avec la milice FRPI avant d’encourager les communautés Walendu Bindi et Bira à cultiver la paix, la cohésion sociale, l’amour pour l’intérêt général de la province de l’Ituri et du territoire d’Irumu en particulier.

Pour Zédecias Angaika Mbado,  la présence des éléments de la milice FPIC en pleine ville de Bunia dans les quartiers Kindia, Dele, Lengabo, Hoho/Sukisa2, Mapera trouble la quiétude des membres de sa communauté.

Pour Zédecias Angaika Mbado, les éléments de la milice FPIC déguisés en cantonniers sur la RN27 entre Lengabo et Irumu centre contrôlent les pièces d’identités des passagers et dans cette circonstance, plusieurs membres de sa communauté auraient été tués et enlevés.

Il a affirmé que depuis le jeudi 08 septembre 2022 onze(11) civils originaires de la chefferie des Walendu Bindi auraient été tués et enlevés dans les localités de Lengabo, Mapera, Makabo et Tchai , précisant que  des attaques ciblées de résidences des élites de sa communauté dont le rapporteur de l’assemblée provinciale en veilleuse Julie Adabayi, le député national Paul Babangu,  Dr Kabunga, Claude Badudu ont été signalées.

Les conséquences des affrontements sur les communautés

En outre, les deux(2) groupes armés à savoir FPIC et FRPI se sont déjà affrontés à plusieurs reprises dans plusieurs localités du territoire d’Irumu dont le cas le plus dramatique est celui enregistré en juillet courant dans la localité de Tulabo située dans la limite entre les chefferies des Walendu Bindi et Andisoma où près de vingt(20) personnes ont été tuées.

Les mêmes groupes armés pourtant l’un signataire de l’accord de paix avec le gouvernement de la République (FRPI) et l’autre de l’acte d’engagement unilatéral de cessation des hostilités (FPIC) se sont affrontés les 06 et 07 septembre 2022 dans les localités Kombokabo et à Talolo en territoire d’Irumu.

Les conflits armés entre  ces deux(2) milices commencent d’ors et déjà à avoir malheureusement des effets néfastes sur certaines communautés de cette région assimilées à tort à l’une de milice, souligne-t-on.

ACP/KHM/OB/CDN/KAF