La RDC, le Rwanda et la France d’accord pour agir ensemble en vue du retrait du M23

0
231

New York, 22 septembre 2022 (ACP).- Les Présidents de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, et de la République du Rwanda, Paul Kagame, se sont entretenus, mercredi à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, à l’initiative du Président de la République française, Emmanuel Macron.

Selon un communiqué conjoint  sanctionnant cette rencontre trilatérale remis à la presse, les trois Chefs d’État ont convenu,  dans le souci de réunir les conditions d’un dialogue franc et constructif, de relancer la coopération entre les pays de la région des Grands Lacs et d’agir de concert pour obtenir le plus vite le retrait du M23 de toutes les localités occupées. Et ce, conformément au processus de Luanda.

Ils ont également convenu du retour des déplacés de guerre de ces localités à leur domicile, avec l’appui des Nations Unies et de leurs partenaires de l’Union Africaine, ainsi que de celui de la Communauté de l’Afrique de l’Est(CAE) et de la Conférence sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

Les Chefs d’État de la RDC, du Rwanda et de la France ont, en outre, marqué leur préoccupation face à la recrudescence des violences dans l’Est de la République démocratique du Congo, et leur détermination à apporter une réponse régionale et coordonnée à la menace portée par les groupes armés terroristes dans la région.

Ils se sont, par ailleurs, entendus sur la nécessité d’intensifier durablement leur coopération, pour lutter contre l’impunité et mettre un terme à l’action des groupes armés dans la région des Grands Lacs, dont les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

Ces efforts, note-t-on, s’inscriront dans le cadre des initiatives régionales de paix existantes, notamment le processus de Nairobi.

Cinq actions conditionnent le règlement de la crise de l’Est, selon le Chef de l’Etat congolais

S’agissant de la résolution de la crise de l’Est de la RDC, le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi avait  indiqué, dans son discours à la tribune des Nations Unies, que   la réalisation de 5  actions garantira le Peuple congolais de la certitude d’un règlement de celle-ci et facilitera un dialogue constructif entre toutes les parties concernées.

Il s’agit, selon le Président de la République, de :

  1. Rendre effectifs le retrait immédiat du M23 des localités occupées, le retour des déplacés congolais de ces localités à leurs domiciles et la cessation sans condition du soutien de l’armée rwandaise à ce groupe terroriste, selon l’esprit et la lettre de la feuille de route de Luanda convenue entre la RDC et le Rwanda, ainsi que des déclarations successives du Conseil de sécurité de l’ONU, du Conseil de Paix et de Sécurité de l’UA, de la Communauté d’Afrique de l’Est, CAE, et de la Communauté pour le Développement de l’Afrique australe, SADC ;
  2. Multiplier les pressions sur le Rwanda et le M23 dont les dirigeants sont, du reste, sous sanctions de l’ONU, et montrer plus de fermeté à leur égard, pour qu’ils respectent les positions prises par les organisations internationales précitées ;
  3. Appuyer la poursuite du processus de paix de Nairobi, les discussions de Luanda RDC-Rwanda et le déploiement de la Force régionale de l’Afrique de l’Est dont le Statut et les Règles d’engagement viennent d’être signés le O8 septembre dernier à Kinshasa successivement par le Gouvernement congolais et le Secrétariat Général de la CAE, d’une part, et, d’autre part, par les FARDC et le commandement de cette Force ;
  4. Encourager le Président honoraire du Kenya, Uhuru Kenyatta et le Président de l’Angola João Lourenço, Médiateurs de la CAE et de l’UA dans la crise sécuritaire en RDC à poursuivre leurs bons offices;
  5. Lever tout obstacle à la restructuration par la RDC de ses Forces Armées et à la montée en puissance de celles-ci pour mieux remplir ses missions régaliennes, notamment par la levée pure et simple de toutes les mesures restrictives de l’acquisition des équipements militaires, quelle qu’en soit la forme édictée par le Conseil de sécurité de l’ONU.

ACP/